Suivez-nous

Musique

Pourquoi ce “Silence” de Damso et Angèle ?

Publié

le

damso angèle silence
Instagram / IG : @this_isval

Présent au coeur de Lithopédion, “Silence” de Damso et Angèle narre une tumultueuse dispute, qui prend une forme symbolique à l’issue des polémiques misogynes de Damso. 

Damso et Angèle n’auraient pu faire plus beau, avec leur “Silence”, dissimulé dans Lithopédion. Cette unique collaboration entre les deux artistes revêt la thématique amoureuse, autour d’une dispute et, plus que ça, elle semble évoquer moins explicitement les maux de Damso et sa complexe relation avec l’image de la femme dans ses morceaux. En effet, “Silence” se dévoile quelques mois après l’intense polémique qui a forcé Damso à faire une croix sur l’hymne des Diables rouges : “Humains”. Une éviction douloureuse, où l’artiste a été bousculé par des lettres ouvertes et des règlements de compte médiatiques.

Publicité

En s’alliant avec Angèle, qui réalisait ses premières parties, et bien que Brol n’aie pas encore été dévoilé, Damso a confronté la chanteuse belge à une courte tirade où il illustre cette manière de perpétuellement se rejeter la faute, sans être capable d’écouter. Il démarre son couplet avec un parallélisme pertinent, dans lequel il tente d’exprimer ses torts. Face à sa compagne silencieuse, il parle de la douleur des relations, mais également de son aspect fédérateur lorsque la réciprocité de l’amour n’est entravé.

À lire également : le discours de Damso qui a sorti Lous and the Yakuza de la rue

Publicité

Vous les femmes, c’est toujours pareil, quand le drame s’abat, vous pleurez
Vous les hommes, c’est toujours pareil, quand le drame s’abat, vous courez

Angèle : «Damso sait très bien ce que je pense de ses textes»

Angèle ne dit que quatre phrases, répétant à trois reprises la même. «Ta vérité n’est pas la mienne», souffle-t-elle, pour rappeler que le prisme dans lequel se morfond Damso peut parfois ne pas être partagé. On comprendrait le «Je tombe et puis, c’est moi qui traîne» comme une métaphore de l’amour et d’un enfermement dans une relation qui n’avance pas, qui en devient angoissante. Le couple ne se devine plus, ne se comprend plus, et s’en suivent disputes et blessures.

Avec le recul, et alors qu’Angèle a été dressée au rang de figure féministe francophone, le morceau prend une ampleur d’autant plus symbolique. Damso, empêtré dans de nombreuses polémiques, souvent cru et dégradant, se fond dans une poésie réparatrice au côté d’Angèle. Quelques mois plus tard, et après “Balance ton quoi”, Angèle se confiait d’ailleurs auprès de Sept à Huit sur leur relation artistique caractérisée dans ce featuring : «Si Damso fait appel à moi, c’est que peut-être aussi parce qu’il est en train de se remettre en question. Il sait très bien ce que je pense de ses textes». Et d’ajouter pour déminer les probables polémiques : «On ne peut pas demander du jour au lendemain à un rappeur qui a ses codes de changer. Je ne crois pas que c’est moi qui vais l’aider à changer, je pense qu’on change tous ensemble.»

Publicité

Dans le reste de l’actualité, Damso a fait son premier Planète Rap avec Ninho

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *