Suivez-nous

Grands Formats

Nekfeu : l’histoire de son superbe couplet en hommage à Népal

Publié

le

nekfeu népal
© Lucas Matichard / Humbert Deschamps

SZR 2001 est désormais disponible. Sur « N’oublie pas », Nekfeu rend un superbe hommage à Népal, à travers un couplet bourré de références.

Après plusieurs années d’attente, le S-Crew est revenu avec un nouvel album : SZR 2001. Rarement abordé en chanson depuis son décès fin 2019, Népal a fait l’objet d’un superbe hommage de la part de Nekfeu. En plus de quelques touchantes lignes sur le morceau « Maintenant » – auquel Doums a réagi – et d’une référence aux récentes certifications posthumes de l’artiste, l’auteur de Feu lui a dédié un couplet entier sur « N’oublie pas ». Le titre est explicite, le couplet bourré de bribes issues de l’œuvre de Népal.

À lire aussi : Népal : un fan disperse 444 pièces de puzzle aux quatre coins de la France

Publicité

Népal, esprit lumineux et Immortel

«Depuis qu’t’es parti, j’me prend la tête / J’ai lu tous les livres d’Hermann Hesse / L’impression de mieux comprendre tes textes / Et tes yeux glacés comme ceux des immortels» débute Nekfeu. Si l’auteur Hermann Hesse a parlé aux auditeurs de Népal, c’est parce que celui-ci y fait déjà référence sur « Sundance ». «J’droppe ça par étape comme dans l’bouquin d’Hermann Hesse». Le bouquin en question, Siddhartha, raconte la quête spirituelle d’un homme pour atteindre l’éveil. Par étape, l’individu évolue et apprend à se connaître lui-même. La couverture de ce fameux livre apparaît également dans le clip du morceau « Éveil », de M le Maudit, en featuring avec Népal.

Mais Hermann Hesse, en plus d’être prix Nobel de littérature, était aussi un fervent admirateur des philosophies dites orientales. Ses écrits s’inscrivent complètement dans la philosophie bouddhiste, qui était plus que familière à Népal. Si celui-ci n’a jamais caché son intérêt pour la religion et la spiritualité, les preuves les plus flagrantes de sa proximité avec le Bouddhisme sont le Dojo de la 75e session ou encore la représentation de l’Ensō sur la cover de l’EP KKSHISENSE8. L’Ensō, ou cercle des lumières, symbolise la libération d’un être de toute inhibition créée par l’égo, et son illumination par la créativité. Des thèmes qui définissent d’une superbe manière l’œuvre singulière de Népal, et l’univers aérien qu’il a créé.

Publicité

Dans sa dernière phase, Nekfeu aborde encore une fois un concept avancé par Hermann Hesse dans Le loup des steppes. Les « Immortels », ce sont les artistes qui ont échappé aux modes contemporaines et sont désintéressés de toute possession matérielle. Des artistes auxquels le Fennek compare l’auteur des 444 nuits, à l’esprit unique et à contre-courant. Lire tous les livres d’Hermann Hesse est une manière de se rapprocher de son défunt ami et de sa création.

Plus tard, Nekfeu poursuit en se comparant au samouraï Miyamoto Musashi. Celui-ci était un célèbre escrimeur japonais mais aussi un peintre, philosophe et maître bushi. «On est l’espèce humaine, la pierre et le sabre / La parfaite lumière». Ces mots font écho aux deux tomes du roman Musashi, écrit par Eiji Yoshikawa et relatant la vie de cette figure légendaire. Avec ces phases, Nekfeu se rapproche de Népal par une histoire commune. Une histoire reflétant la détermination et le rêve vivant en eux. Deux jeunes hommes fougueux, qui n’aspirent qu’à se battre. Mais comme Musashi, par la rude discipline du samouraï, ils empruntent l’unique voie qui finalement vise à atteindre La Parfaite Lumière. À la différence près que les deux rappeurs luttent avec leurs mots.

Publicité

Nekfeu : «Dans 444 nuits tout pile, la lumière éclaire c’qu’on a accompli»

Connu masqué, Népal ne donnait pas d’interview et restait très discret et à l’écart de la sphère médiatique.«Comme tous ceux qui choisissent de se taire / T’avais l’énergie, l’aura puissante» élucide Nekfeu. Pourtant, l’artiste a joué un rôle inhérent dans la carrière de ses proches. Il représentait notamment l’ADN de la 75e session. «C’est toi qui a fait le logo, on le porte sur le cœur» chante l’auteur de Galatée. Ici, il fait référence au logo de la 75e session. Mais comme le laisse supposer un tweet du producteur Hugz, il s’agirait aussi du logo du S-Crew.

Le succès, Népal l’aura finalement obtenu essentiellement à titre posthume. La mort lui aura permis d’être mis sous lumière, comme le raconte Nekfeu. «Dans 444 nuits tout pile, la lumière éclaire c’qu’on a accompli». Les 444 Nuits correspondent au double projet de Népal sorti en 2016. 444 fait référence à la signification spirituelle de ces chiffres indiquant l’introspection et le chemin vers la connaissance de soi.

Le deuil en poésie

Sur « Omotesandō » de Népal, certains auditeurs avaient remarqué le sample d’un extrait de Berserk. L’anime, dont le rappeur était adepte, permet à Nekfeu de poétiser la thématique du deuil. Dans cet univers sont enterrés les épées de défunts camarades, chacune représentant l’âme de ces derniers. Ici, les proches de Népal enterrent leurs armes «dans la terre et le sable». Le sable rappelle la plage d’Adios Bahamas. Une façon de se recueillir, en nourrissant l’idée qu’une partie de lui ne partira jamais réellement. Mais «comme tous ceux qu’on a perdu, c’est la vie ma le-gueu» se résigne l’auteur de Cyborg. Ici, il joue à reprendre la gimmick intrinsèque à Népal «ma le-gueu». Pourtant, certains de ses proches auront plus de mal que d’autre à avancer, confie Nekfeu – «ton binôme inconsolable» faisant probablement référence à Doums, les deux rappeurs étant très proches de par notamment le duo 2Fingz.

Publicité

Ce deuil, cette tristesse infinie, ne quittera jamais l’entourage de Népal. Et «même quand l’ciel est blue, les Tortues Ninja courent sous la pluie». Ici, les Tortues Ninja représentent ses proches, et lui le personnage de Splinter, leur maître et figure paternelle – GrandMaster Splinter étant un de noms de l’artiste à l’époque des trois medleys éponymes publiés sur YouTube entre 2012 et 2014.

Mais malgré cette épreuve, Nekfeu entretient l’espoir d’une belle vie après la mort pour Népal. «On espère que tu surferas / Si Dieu le veut, sur un des quatre rivières du Paradis». Comme un rêve irréalisé, l’artiste avait inscrit dans sa bio Instagram «après le rap j’irai faire du surf». Il en fera peut être sur les «quatre rivières du Paradis», représentant l’univers et le chemin vers le ciel. Et Nekfeu de terminer : «Crois pas qu’on t’oublie». On n’est pas prêt de l’oublier.

Aussi : Nekfeu dédicace JNR dans son couplet, il réagit

Écoutez « N’oublie pas ».

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *