Suivez-nous

Musique

La folle histoire derrière le titre “Lundi” de Sofiane et d’un fan, Xavier

Publié

le

sofiane lundi
@cestpasunfilm_

Il y a trois ans jour pour jour, Sofiane publiait son opus Les Affranchis. Pour cet anniversaire, on vous raconte l’histoire insolite de “Lundi”.

Les Affranchis, de Sofiane c’est l’album des titres “Longue Vie”, “Arafricain” et “Madame Courage”. Toutefois, l’opus renferme également l’un des titres phares de Sofiane :  “Lundi”. Sur Spotify, il compte plus de 38 millions d’écoutes. Le clip, quant à lui, est à 67 millions de vues. La chanson a une histoire très particulière. On vous la raconte.

Publicité

Xavier, le “Stan” de Sofiane

C’est dans l’émission True Story, sur Amazon Prime que Fianso a divulgué cette anecdote intime. Celle-ci a lieu bien avant le succès commercial du rappeur. À cette époque là, il habite encore au Blanc-Mesnil. Un beau matin, le rappeur se réveille et trouve des pâtisseries devant sa porte, avec un mot, dans lequel il trouve un numéro de téléphone. Fianso ne sait pas encore qu’il s’agit du numéro d’un fan, qui a passé toute la nuit sur son paillasson, seulement pour croiser le rappeur. Intrigué, l’artiste décide d’appeler le numéro, et donc le fan.

Xavier, le fan, est Toulousain. Il est allé de Toulouse à Paris, uniquement pour rencontrer Fianso. Il ne connaissait pas l’adresse du rappeur, mais savait dans quelle ville il habitait. À partir de là, Xavier a demandé à toutes les personnes du Blanc-Mesnil qu’il croisait, où le rappeur en question habitait. Lorsque Sofiane entend cette histoire pour la première fois, il ne la croît à peine, tellement le tout paraît improbable. Impossible, même.

Publicité

Des classeurs remplis de texte

Quand les deux se rencontrent enfin, Sofiane a, pour la première fois de sa vie, son propre Stan. «J’ai un vrai petit fan devant moi, il a les yeux rouges, il n’a pas dormi». Les deux discutent, et comme tout bon fan, Xavier explique à Fianso lequel de ses morceaux est son préféré. «Le mec il a une espèce de gros sac, de gros sac plastique de supermarché avec lui», continue le rappeur. Il s’agit d’un cadeau. «Il me sort ses classeurs, j’ouvre, je regarde vite fait». Dans ces classeurs se trouvent des centaines de textes. «Je ne sais pas ce qu’il voulait que j’en fasse». Il accepte tout de même le cadeau : «Il me laisse dix classeurs, cinq cahiers, tout chiffonnés. C’est vraiment toute sa vie au mec».

«Je mets ça de côté et je lui dis que regarderai plus tard. Deux, trois mois passent et je le revois. Je lui demande : “Qu’est-ce que tu fais là ?”. Il me répond  :”Je suis venu voir si t’avais lu mes textes”». Sofiane n’a absolument rien lu. «Vers les premiers, il y en avait un qui était pas mal au début. Je ne me souviens plus du titre mais je te dirai». Xavier s’incruste dans la vie de Sofiane, mais le rappeur lui explique qu’il va trop loin. «Je ne l’ai jamais revu».

Publicité

«Quelques années plus tard, je me retrouve en studio, je viens de faire je ne sais pas combien de titres. Je me retrouve avec une instru que j’aime pas mal et il y a un texte à lui qui m’intrigue un peu. Je ne me fais pas particulièrement influencer par le texte, mais par le titre du texte. Le texte s’appelle “Lundi”, il y a un gros “Lundi”. Je commence à broder sur le mot, et de là je sors un titre qui s’appelle “Lundi”. Je le sors sur Les Affranchis, et il fait numéro un pendant 13 semaines».

A lire également : Sofiane : «Pour certains, le clash est une économie»

Seezy : le titre ne devait pas être sur l’album

Reconnaissant, Sofiane se remémore cette époque avec un sourire en coin. «Il m’a inspiré un hit de ma carrière. La morale de l’histoire c’est que j’ai bien fait de ne pas négliger ce type là». Intrigué par la personnalité de Xavier, Fianso exprime ses pensées : «J’avais l’impression qu’il lui fallait un lundi, ce texte allait dans ce sens là. Si tu entends cette histoire, un de tes textes m’a inspiré une des plus grandes chansons que j’ai pu faire de ma vie, et je t’en remercie», conclut-il.

L’histoire ne s’arrête pas là. Invité par Konbini dans sa série Frenchmen, Seezy, le compositeur de l’instrumental, explique le périple du morceau en lui-même. «C’est un morceau qui date d’il y a trois ans je crois [ndlr: les propos de Seezy datent de 2018]. À la base il ne devait même pas être dans l’album. On était en session d’écoute avec Vald et Mehdi, et je n’entends pas “Lundi”. Je dis à Fianso que “Lundi”, il faut le mettre. D’autres personnes disent qu’il faut la mettre dans l’album, et c’est comme ça que ça s’est fait».

L’histoire du morceau est donc – de A à Z – très particulière, comme si tous ces hasards étaient en fait planifiés. Aujourd’hui, il s’agit d’un des morceaux les plus connus de Sofiane, et sûrement d’un morceau dont il se rappellera toute sa vie.

Dans le reste de l’actualité : Ambiance «tendue» au procès d’Ademo : l’audience est renvoyée.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *