Suivez-nous

Culture

A$AP Rocky reconnu coupable par la justice suédoise

Publié

le

A$AP Rocky reconnu coupable par la justice suédoise
© Aaron Gill

Le rappeur américain a été reconnu coupable pour sa bagarre dans les rues de Stockholm, le 30 juin dernier. 

Suite et fin. Un mois et demi de rebondissements auront mené à une décision nette de la justice suédoise : A$AP Rocky et deux membres de son entourage ont été reconnus coupables. Ils jugent qu’il ne s’agissait pas de légitime défense et condamnent l’artiste américain à une peine de prison avec sursis, ainsi qu’à une amende à reverser à la victime. Un coup dur pour le rappeur qui évite tout de même des peines plus lourdes, comme le présageaient certaines conjectures s’appuyant sur la dureté de la justice suédoise.

À voir aussi

L’artiste peut donc resté aux États-Unis et reprendre sa petite vie normale, en faisant tout de même attention désormais à son comportement vis-à-vis du public. Pour rappel, A$AP Rocky avait été violemment provoqué par deux fans à la sortie d’un concert. Lesquels s’étaient montrés très “lourds” envers certaines filles également, ce qui avait conduit à une bagarre dans les rues de la capitale suédoise, Stockholm, où A$AP Rocky, épaulé par plusieurs proches, avait roué de coups le jeune homme.

A$AP Rocky : « Nous sommes une énorme communauté »

S’en sont suivis de longues et insupportables semaines de détention pour l’artiste. Les conditions de détention présumées sont même remontées jusqu’à Donald Trump, qui a demandé clairement au gouvernement suédois de le relâcher. Il n’aura fallu qu’une poignée de jours après pour qu’il retrouve le territoire américain. En concert en Californie ce weekend, A$AP Rocky a qualifié son expérience d’ « effrayante et humiliante » en louant toutefois la solidarité du hip-hop vis-à-vis de sa personne. « Des gens qui n’en ont jamais eu rien à faire de moi ont ressenti de la sympathie », précise-t-il, avant de conclure : « Nous sommes une énorme communauté ».

À LIRE
Entre A$AP Rocky et le mec qu'il tabasse, qui est la victime ?