Suivez-nous

Musique

Ademo : ce qu’il s’est passé lors de son interpellation

Publié

le

ademo pnl

Sorti de garde à vue et convoqué au tribunal correctionnel de Paris en janvier 2021, Ademo de PNL a vécu un week-end tumultueux. Entre vidéos, témoignages et relai de procès verbal, l’interpellation musclée de l’artiste a été au centre de l’actualité. 

Il est environ 18 heures, ce samedi, lorsque les premières images apparaissent sur les réseaux sociaux. «Dinguerie, je suis à Alésia au café, et je vois ça», relaye Anouk, sur Twitter. Sur une vidéo d’une poignée de secondes, on remarque la silhouette d’un homme ressemblant à Ademo, l’un des deux frères de PNL, en train de réprimander un policier. Ils sont trois agents autour de lui. Évidemment, la vidéo est largement relayée : les fans se questionnent sur l’identité de l’individu, et tentent définitivement de prouver, en analysant ses vêtements, qu’il s’agit réellement de l’artiste.

Publicité

advertisement

Plusieurs vidéos finissent par émerger au compte-goutte. Les dernières s’avèrent plus musclées : l’individu est au sol, maîtrisé par quatre policiers. Il assure se laisser faire, quand de nombreux téléphones sont braqués sur la scène qui forme un attroupement au bord d’un café. La foule met la pression sur les forces de l’ordre, réclamant de le ménager. Après quelques minutes, il finit par être embarqué, insultant les policiers, et s’exclamant : «Ils ont voulu me tuer». L’AFP ne confirmera que quelques heures plus tard qu’il s’agissait bien de Ademo de PNL.

Ademo jugé en janvier

Les extraits diffusés sur les réseaux sociaux font grand bruit, d’autant plus que l’arrestation s’entoure de mystères. Le Parisien a toutefois eu accès au procès verbal de l’affaire qui révèle, selon les forces de l’ordre, le déroulement de l’interpellation. Accompagné de sa femme, qui tient une poussette avec son enfant, Ademo aurait d’abord été contrôlé par une patrouille qui aurait repéré une «forte odeur caractéristique de cannabis». Le rappeur se serait montré «agressif», témoigne le récit et aurait refusé d’obtempérer.

Publicité

advertisement

Le quotidien rapporte qu’Ademo aurait menacé à plusieurs reprises les policiers, qui aurait repéré dans sa sacoche un «sachet transparent contenant de l’herbe de cannabis». La pression aurait continué de monter entre les cinq hommes, lorsque les forces de l’ordre seraient intervenus après qu’Ademo ait effectué un «geste rapide de son bras droit et le poing serré». D’abord menotté à la main droite, l’artiste aurait été plaqué au sol, rapporte le procès verbal, tandis qu’un policier aurait exercé «une pression avec son genou droit» sur son flanc gauche pour libérer son autre main.

Le sachet aperçu par l’un des policiers aurait été retrouvé et Ademo conduit au commissariat. Après la plainte d’un brigadier, Ademo sera jugé au tribunal correctionnel de Paris, en janvier pour «usage de stupéfiants», «outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique» et «rébellion», finit de rapporter Le Parisien.

Publicité

advertisement

Dans le reste de l’actualité, PNL offre 200 sacs exclusifs aux jeunes des Tartêrets, certains le mettent en vente

Publicité

advertisement
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *