Suivez-nous

Musique

Et si on laissait Angèle tranquille pour les accusations qui visent Roméo Elvis ?

Publié

le

Angèle dévoile la tracklist de son premier album prévu pour début octobre
© Charlotte Abramow

Depuis les accusations d’agression sexuelle de Roméo Elvis, Angèle caracole dans les tendances Twitter. Un raccourci insupportable.

72 100 tweets : c’est ce qu’affiche le compteur du réseau social, évoquant le mot-clé “Angèle”, ce mercredi, à 18 heures. Pourtant, la chanteuse belge n’a pas annoncé de nouvel album, ni même un quelconque single. Elle n’a pas non plus livré d’interview, et ne s’est pas présentée sur un plateau télévisé, qui pourrait faire gonfler son actualité. Et elle n’a même pas laissé sur Instagram un indice sur son orientation sexuelle qui fait tant couler d’encre. Non. En fait, si Angèle est en tendances Twitter depuis près de 24 heures, c’est parce qu’elle a, deux ans plus tôt, dans son album Brol, écrit un morceau profondément féministe. Et parce que, visiblement, c’est à elle que l’on demande des comptes lorsque son grand frère, Roméo Elvis, un peu plus loin dans les tendances Twitter, fait l’objet d’une accusation d’agression sexuelle.

Angèle : «Un changement des mentalités s’impose»

En l’espace de 24 heures, les réseaux sociaux sont parvenus à dresser un parfait éloge de misogynie ordinaire. Certains somment Angèle d’aller «balayer devant sa porte» avant de faire des leçons de moral. D’autres tentent carrément de lancer le hashtag #BalanceTonFrère. Bref, depuis 24 heures, Angèle prouve qu’elle aura réussi à bousculer quelques codes avec son morceau, en devenant une figure féministe aussi puissante que dérangeante. Le revers de la médaille est quand même brutal. D’abord, car son statut et ses prises de positions animent une hostilité nauséabonde et encore terriblement partagé. Aussi, car le raccourci en écarterait presque les problématiques initiales du débat. Comme si Angèle était responsable de quoique ce soit dans les agissements de son frère. Comme si Angèle avait réellement des comptes à rendre.

Sous la pression des réseaux sociaux, Angèle a fini par déposer quelques mots sur ses réseaux sociaux. Elle n’était clairement pas obligée de le faire, mais prise dans une tourmente épouvantable, elle en a certainement ressenti la nécessité. Condamnant «les actes qui vont à l’encontre de mes principes», la chanteuse rappelle qu’«un changement des mentalités s’impose, encore, toujours et partout». Et il semble avoir de multiples étapes à franchir, encore, avant de pouvoir se féliciter de cette évolution. C’en est presque démotivant.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 SAS INTERLUDE MÉDIA