Musique

Columbine : « Le terme rap de iencli ne fait pas avancer la culture »

Publié

le

Columbine rap iencli
Sophie Hemels

Dans leur interview pour Check Mag, Foda C et Luijipeka de Columbine échangent sur le récent débat à propos du “rap de iencli”, auquel on les identifie souvent.

Le rap de iencli a fait beaucoup parler de lui cette année, et ce notamment avec Orelsan et son triomphe aux Victoires de la musique. Beaucoup de médias traitent la thématique, parvenant à des conclusions parfois hasardeuses, telles que “il y a le rap de cité et le rap de iencli, le rap bourgeois, le rap blanc“. Une problématique sur laquelle se sont attardés les membres de Columbine.

Dans une nouvelle interview pour Check MagFoda C et Luijipeka s’accordent sur une chose : ceux qui parlent encore d’un rap de iencli et d’un rap “de dealos” n’ont pas compris que le rap ne rentre pas dans des cases. “Le terme iencli est un peu négatif. Ça ne fait pas avancer la culture de catégoriser un tel rap comme étant un “rap de chicha” ou un “rap de iencli”. Certaines personnes ne vont même pas essayer de t’écouter à cause de ça” déclare Luji“On dirait qu’en France, il faut parler de drogues et niquer des mères pour recevoir de l’appréciation” poursuit Foda.

Cette catégorisation quasi-systématique de “rap de iencli” que subissent les rappeurs blancs doit donc être abolie selon le collectif. Le rap doit alors réussir à passer au-dessus de cette division qui fait tant parler et doit parvenir à sortir de ces préjugés qui le dégradent plus qu’ils ne le servent.

À lire aussi : Columbine : “On mettrait JUL au Ministère de l’Intérieur”