Suivez-nous

Musique

Ces fake de MHD ont retourné Twitter en 48 heures

Publié

le

mhd gambi twitter
© Dour Festival

Après la libération de MHD, de nombreux comptes calqués sur l’artiste ont pullulé sur Twitter afin de créer le buzz. Ils sont parvenus à tromper plusieurs milliers de personnes. 

Jeudi dernier, MHD a été remis en liberté sous contrôle judiciaire, en attente de son audience devant la chambre de l’instruction le 23 juillet. Sa sortie de prison, massivement relayée sur les réseaux sociaux, a fait couler beaucoup d’encre. Et a également provoqué l’inspiration de certains comptes Twitter qui ont jugé bon de parodier l’artiste pour créer le buzz. Ces nombreux fakes ont désormais été écartés de la plate-forme mais ont eu le temps de secouer le réseau social pendant 48 heures.

Publicité

MHD, un levier pour abonnés

Ces internautes ont donc fait réagir MHD sur plusieurs sujets d’actualité, à l’image des nouveaux artistes ayant éclaté ces derniers mois. Le tweet d’un MHD relevant «C’est qui lui ?», en retweetant une phrase de Gambi a atteint près de 30k retweets. Ce compte fake, @MHDOffiiiciel (avec trois “i”), a toutefois été supprimé.

Ce n’est pas le cas d’un autre MHD qui a bousculé Twitter dès sa sortie. L’utilisateur, Luffy, s’est lui mué sous les traits de l’artiste, suffisamment de temps pour tripler son nombre de followers. En trois jours, il est passé de 4000 à 12000 abonnés, en se présentant sous l’utilisateur @MHDDOfficiel (avec deux “D”). Son “Re”, comme pour marquer son retour, a été liké 50 000 fois. Un autre tweet sur Wejdene, a eu un succès quasi-similaire, avec 38 000 mentions likes.

Publicité

D’ailleurs, l’utilisateur a dévoilé un tutoriel complet de son procédé pour gagner autant d’abonnés en 48 heures, montrant la multitude de messages reçus, de fans ou de critiques. «Pourquoi être drôle quand on peut être MHD ?», explique Luffy, qui a désormais retrouvé son compte initial, avec une bien plus grosse communauté.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *