Suivez-nous

Musique

Hamza parle de Pop Smoke : «Il a réinventé la drill»

Publié

le

Hamza : le compte à rebours est lancé pour son grand retour
© @henridyn

À l’occasion de la sortie de 140 bpm 2 et son univers entièrement drill, Hamza a rappelé l’inspiration américaine de Pop Smoke. 

Avec 140 bpm 2, Hamza a poursuivi son exercice drill sur un long-format. 13 morceaux, aux ambiances différentes, qui reproduisent cette atmosphère lugubre aux batteries déstructurées. Il avait déjà caressé avec réussite cet univers juste après son explosion, au printemps 2020, avec 140 bpm. Là, le mouvement drill a définitivement conquis la France et Hamza a prolongé son expérience avec une réappropriation efficace et personnelle.

Publicité

advertisement

Quelques mois plus tôt, son projet 140 bpm profitait certainement de l’engouement encore frais autour de Pop Smoke qui sortait, quelques semaines plus tard, début juillet, son album Shoot for the Stars, Aim for the Moon. Comptant parmi les meilleures ventes américaines de 2020, le projet a également connu un succès commercial presque inhabituel en France. La preuve d’un réel intérêt pour la drill.

À découvrir également : Ateyaba sort un nouveau clip… avec cinq ans de retard

Publicité

advertisement

Hamza : «Je kiffe le rap hardcore»

Hamza, lui, ne manque pas de rappeler l’inspiration qu’a été Pop Smoke dans la conception de ses deux derniers projets. «Cela a été très vite pour lui, dans le bon sens comme dans le mauvais, rappelle-t-il lors d’un entretien avec Le Monde. Il a réinventé la drill. Pop Smoke, c’est toute une énergie qui m’a plu, à la fois sombre et lumineuse, ça donne envie de danser, de bouger même si les paroles restent très dures.»

Les paroles de Hamza, elles, écartent tout l’aspect gang et noir, mais se calquent sur son univers, avec de l’humour, des gimmicks et de la sensualité. L’artiste est cru, mais toujours voluptueux dans son interprétation. Un parti-prix nécessaire pour se fondre dans ce nouvel univers. «Je kiffe le rap hardcore, mais j’aime quand c’est subtil, quand c’est bien amené», ajoute-t-il au quotidien.

Publicité

advertisement

Dans le reste de l’actualité, PLK l’affirme : il s’est fait «laver» lors de son feat avec Niro

Publicité

advertisement
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *