Actualités

« Il était en train de mourir à petit feu »

Publié

le

« Il était en train de mourir à petit feu »

À travers une succession d’interviews intimistes avec l’entourage d’Orelsan, Le Parisien est parvenu à dégager un portrait jusqu’alors inconnu de l’auteur de La fête est finie

Il a beau multiplier les interviews à perte de vue, Orelsan conserve toujours cette part de mystère qui fait la beauté de son personnage. Discret quand il s’agit de parler de lui, son adolescence et son éclosion ont été narrées par ses proches dans un fascinant article du Parisien. Alors que son frère racontait qu’il s’était fait virer de Quick car il voulait changer les recettes des burgers, l’artiste avoue avoir enchainé les boulots d’étudiant, sans jamais parvenir à s’envisager au long terme.

« Je donnais des coups de couteau dans des bouteilles en plastique dans une usine de recyclage, j’ai été guide pour le mémorial de Caen, j’ai fait du télémarketing. Et après mes études, j’envoyais des CV, mais je n’étais pas très dégourdi, je ne savais pas me vendre. Je me suis retrouvé à passer des entretiens pour vendre des cheminées ou des réservoirs d’eau. J’étais terrorisé. J’avais l’impression d’être un mec bizarre. »

>> À lire également : Orelsan : « Des gens me disent qu’ils ont étudié mes textes en cours »

« On s’habillait en dandy »

Orelsan traverse alors une étape difficile. « Il était en train de mourir à petit feu. Il était mal dans sa peau, avait besoin de reconnaissance » précise Gringe. Perdu dans son orientation, il partage une maison à Caen avec son acolyte et se met sérieusement au rap. Son compère, ainsi que Ablaye et Skread, n’hésitent pas à raconter leurs différentes bêtises de l’époque.

« Comme du street golf, poursuit Gringe. On s’habillait en dandy, on allait piquer des balles de golf au club de Caen et on visait des bagnoles dans les rues. On était insouciant, insolent et sans limites. C’était une colonie de vacances entre mecs, une espèce de fête éternelle. »

De nombreuses années plus tard, c’est toujours le même noyau solide qui compose les différents projets de la fine équipe. Si Orelsan brille au devant de la scène, il est soigneusement accompagné par le duo Ablaye et Skread, toujours proche de lui. Gringe, avec qui il se cache sous le masque des Casseurs Flowters, brillera également bientôt en solo.