Suivez-nous

Musique

Nekfeu, plus fort que PNL ?

Publié

le

Nekfeu, plus fort que PNL ?
@mathieubdt

L’analyse des quatre premières semaines de PNL et Nekfeu permet de dégager des premières constatations commerciales.

On s’arrête souvent aux analyses des premières semaines de ventes. Pourquoi pas. Toutefois, force est de constater que pour faire entrer son album dans la légende des charts francophones (voire plus ?), les artistes imaginent des structures sur le long terme. Et là où PNL a largement écrasé Nekfeu sur la première semaine d’exploitation, l’auteur de Les étoiles vagabondes réalise un meilleur mois. Comment ? Décryptage.

Parlons d’abord de données brutes. Nekfeu a réalisé 47 564 pour sa first week, bien loin des 113 214 ventes cumulées de PNL. Il a néanmoins pu compter sur une énorme deuxième semaine (58 449), bien aidé par la sortie en physique de son album. Au même stade, PNL voyait ses ventes quasi divisées par trois (34 949). Enfin, en troisième semaine, Nekfeu a balancé seize nouveaux morceaux, venus compléter son opus et propulsant ses ventes à 39 667. Il a réussi, encore, à progresser pour la quatrième avec 47 371. 

Une stratégie à moyen terme

Les échelles sont difficilement comparables : Nekfeu semble avoir “triché” en dévoilant deux albums coup sur coup. Certes. N’empêche que la théorie du double album traîne depuis de longs mois dans les coulisses du rap français, et le Fennec a été le premier (et le seul) à mettre à exécution cette stratégie. Laquelle semble définitivement avoir été payante : s’il avait sorti ses 34 morceaux d’entrée, Nekfeu aurait fléchi dès la seconde semaine. Là, l‘idée de ponctuer chaque semaine d’un gros rendez-vous (première sortie, première sortie physique, deuxième sortie, deuxième sortie physique) permet d’échelonner efficacement les ventes sur un mois entier. Là où PNL, passé le buzz de la sortie, n’a pas réussi à maintenir son rythme.

Dans le même coup, le Fennec prouve, une nouvelle fois, que sa communauté est d’une extrême fidélité. Deux ans après Cyborg, couronné de quatre disques de platine sans bénéficier d’aucune promotion, il expose sa puissante force commerciale. En un mois, il est désormais au bord du double platine. Le combat entre le rappeur et le duo démontre également toute l’hégémonie industrielle du rap en France. Pour rappel, ils font partis des rares artistes issus de la scène rap à avoir accroché sur leur mur un disque de diamant (Feu et Dans la légende).

À LIRE
Vos photos de Nekfeu en festival valent peut-être de l'or

Les ventes, et si on s’en foutait finalement ?

Le pire, c’est que PNL et Nekfeu ne semblent aucunement animés par le besoin de vendre à outrage. Au contraire, ils ont l’air de privilégier la démarche artistique : Expansion dépend plus d’une oeuvre conceptuelle que d’une stratégie commerciale bien établie. Et ce, même si l’optimisation des ventes a dû venir sur la table au bout d’un moment.

De son côté, PNL a prouvé avec ses exclusivités uniquement diffusées sur Apple Music, que les ventes ne devenaient que secondaires. Ils savaient pertinemment que rendre l’écoute de ces titres dépendante à une seule et même plateforme streaming entraînerait des écoutes illégales, évidemment exclues des chiffres finaux.

Enfin, Nekfeu a lui-aussi privilégié l’art avec son long-métrage dévoilé au cinéma début juin. Là où il pouvait chercher une faille pour intégrer le box-office dans ses ventes, il l’a joué plutôt sobrement.

Un pronostic au long terme ? PNL pourrait (c’est une hypothèse) balancer un clip dans le mois de juin pour gonfler la promotion estivale de son album tandis que Nekfeu peut compter sur les quelques gros singles parsemés dans son album (“Menteur, menteur”, “Tricheur” ou “Chanson d’amour”) .

À voir aussi :