Suivez-nous

Musique

PLK, un polonais couleur dorée

Publié

le

PLK, un Polonais couleur dorée

Quelques mois après la sortie de son premier album Polak, l’artiste est couronné d’un disque d’or. Une belle confirmation pour, sûrement, le rookie de l’année. 

En termes de révélations, l’année aura été plutôt foisonnante. Au milieu des explosions éclairs à la Koba La D, des confirmations mirobolantes à la Josman, se trouve un jeune Polonais aux cheveux peroxydés qui a mis un gros coup d’accélérateur, comme dans son clip “Hier”, avec SCH. Car oui, c’est aussi et sûrement grâce à ses collaborations de renom que PLK a su passer d’un monde à un autre. Flexant avec ses potes du Panama Bande encore en début d’année, c’est aux côtés du S et de Nekfeu que l’artiste boucle la sienne. En toute humilité, sans chevilles gonflantes, ni aucune démesure par rapport à ses anciens acolytes. Juste avec l’ambition de voir les choses en grand et de ranger un disque d’or dans sa poche arrière.

“Hier” est le coup de force de PLK. Pouvoir s’offrir SCH, qui plus est dans un clip, quelques semaines après la sortie de son incroyable Julius est une mise en avant assez exceptionnelle. La rencontre des deux artistes, à priori de sphères rapologiques différentes, fonctionnent bien. L’alchimie s’enclenche, à l’image de l’ascension du rappeur. Sobrement, il s’est aussi offert le dernier couplet de Nekfeu en date. De plus, dans une année où l’auteur de Cyborg n’aura pas franchement brillé de productivité. Plus que ça, PLK peut aussi se vanter d’avoir survoler le morceau “Waow”, rétrogradant presque Nekfeu au second plan. Un Fennec pas au niveau ? Peu probable. Surtout un très, très gros PLK.

Aisance rythmique et artistique

En termes de performances, mouillez-vous la nuque. Le Polak excelle, manie les flows sans difficulté et envoie punchline sur punchline. Car si on loue ses deux collaborations cinq étoiles, c’est bel et bien en solo que PLK a surchauffé la machine cette année. Son titre “Monégasque” avoisine les 7 millions de vues sur YouTube et s’approche des 8 millions de streams sur Spotify. Un morceau bulldozer qui lui permet d’accumuler 12 000 ventes en une semaine. Deux mois plus tard, son disque est doré et confirme sa très belle progression.

Amateur d’une promotion en quantité, PLK a su faire parler de lui au début d’un mois d’octobre avec qui il se bousculait avec Angèle et tout le 93 Empire. Il n’a pas à rougir, loin de là. Récemment, il s’est même offert une joli partenariat avec Puma pour conclure une année qui aura vu le Polonais enfiler sa cape d’outsider.