Suivez-nous

Musique

Vos photos de Nekfeu en festival valent peut-être de l’or

Publié

le

Vos photos de Nekfeu en festival valent peut-être de l'or
© Denys Schelfhaut

Une consigne appliquée par la production de Nekfeu (et d’autres artistes) lors de ses passages sur les festivals pourrait bien profiter aux quelques dizaines de milliers de festivaliers qui le suivent cet été. Explications.

Après Le Progrès il y a une petite année, c’est désormais au tour de L’Est Républicain de publier un court article se demandant Pourquoi vous ne verrez pas Nekfeu (ni Rich the Kid et Suicideboys) en photos aux Eurockéennes ?”. Les quelques lignes du papier s’intéressent à un phénomène qui concerne de plus en plus d’artistes au cours des festivals : l’interdiction aux photographes de presse de prendre des photos au cours de certaines performances.

« On ne pourra même pas prendre une photo depuis le public », note le rédacteur de l’article. À l’occasion du passage de l’artiste au Printemps de Pérouges l’année passée, Le Progrès notait que « la production de Nekfeu a refusé que le rappeur soit photographié au Printemps de Pérouges. »

Les réseaux sociaux sont rois

La frustration des médias papier est d’autant plus amère lorsque, devant l’artiste, plusieurs milliers de personnes ont leur smartphone braqué vers la scène, bombardant de photos et de vidéos. Mais du coup, pourquoi une telle décision ? Sans qu’aucune raison officielle n’ait été dévoilée, il semble s’agir d’une manière, pour les artistes, de soigner leur imagerie sur les réseaux sociaux. C’est en tout cas l’une des raisons évoquées par le journal Sud-Ouest, lui-aussi contraint de ranger son appareil au cours d’une conférence de presse d’Angèle aux Francofolies.

À LIRE
Entre vidéos de pêche et de Thanos, qu'est-ce qu'il se passe sur le Facebook de La Fouine ?

C’est donc, ironiquement et dans une parfaite légalité, que les festivaliers peuvent asperger leurs réseaux sociaux de photos de Nekfeu ou autres, tandis que les médias assistent aux performances les bras croisés. Dans l’idée, il semble que les artistes ne soient pas non plus ravis à l’idée d’être capturés à l’arrache par les fans, mais interdire l’utilisation des smartphones à autant de personnes relève de la folie.

Pour résumer, si vous suivez Nekfeu ou d’autres artistes concernés à des festivals cet été, soumettez judicieusement vos photographies aux médias locaux du coin. Dans l’impasse, ils pourraient être intéressés.

À lire aussi : Avec ses disquettes d’or, Népal nargue la SNEP