Suivez-nous

Culture

Banksy aussi s’engage pour l’environnement avec son nouveau graffiti

Publié

le

Banksy pollution

Ce mercredi, Banksy est revenu avec un nouveau graffiti au Royaume-Uni, dans lequel il dénonce cette fois la pollution de l’air. Un graffiti témoin des revendications de l’artiste et qui, une fois encore, interroge ceux qui le découvre.

L’artiste de rue est bien connu de la toile depuis une dizaine d’années déjà et d’autant plus depuis la destruction de son oeuvre d’art Ballon’s girl lors d’une vente aux enchères. Mais Banksy n’en est pas à son coup d’essai, l’artiste est à l’origine d’un parc d’attractions éphémère Dismaland, a réalisé quelques courts-métrages, de multiples graffitis et des installations en tout genre. Ses œuvres revendicatrices font de lui le plus illustre street-artiste, ce qui lui permet de profiter de sa notoriété afin de partager ses messages politisés.

Publicité

publicite_pave_europavox
View this post on Instagram

. . . . Season’s greetings . . .

A post shared by Banksy (@banksy) on

Banksy : utiliser le street art pour faire réagir

La nouvelle oeuvre qu’il nous présente sur Instagram, son unique réseau social, fait référence à la pollution de l’air et aux récentes questions de réchauffement climatique. Elle présente un enfant – comme souvent avec Banksy – directement affecté par cette pollution venant l’englober, lui qui avec son insouciance, n’a encore pour seul priorité que d’apprécier les premières neiges de la saison. Le graffiti s’intitule d’ailleurs Season’s Greetings et a été réalisé dans un quartier du Pays de Galles où les habitants s’efforcent de vivre à côté de la pollution causé par le port Talbot situé quelques mètres plus loin.

Et cette situation n’est pas un cas isolé quand on sait que beaucoup d’usines sont adjacentes aux habitations et nuisent à la santé de nombreux individus. Pire encore, dans certaines grandes villes comme Paris, à cause des transports routiers et autres installations, la pollution est d’autant plus grande et équivaut à fumer 183 cigarettes par an. Danger pour l’homme et dégradation de l’environnement. L’oeuvre est alors un coup de grâce pour l’artiste puisqu’elle utilise deux pans de mur, invitant les individus à se placer au coin du mur pour voir la scène dans son entièreté.

Connaissant l’amour de Banksy pour la dénonciation, c’est sans surprise qu’on le voit condamner cette pollution qui nuit déjà, mais qui sera sans aucun doute plus néfaste encore pour les générations futures. Une fois encore, Banksy utilise son art pour pousser à l’action.

À lire aussi : Banksy inonde Paris de ses oeuvres dénonciatrices