Actualités

Avec son coup d’éclat, Banksy a déséquilibré le secteur de l’art

Publié

le

Banksy art

Avec son action contestataire, le street-artiste a mis en lumière les faiblesses et les limites du marché de l’art.

“L’envie de détruire est aussi une envie créative” se justifiait Banksy juste après l’autodestruction de son oeuvre suite à sa vente très remarquée. Avec sa performance anarchiste, l’artiste a brillamment ridiculisé les adjudications et les acheteurs, prêts à débourser des sommes astronomiques. Mais voilà, il se pourrait que le peintre ait causé bien du tort au marché de l’art.

Le marché actuel de l’art est fortement basé sur le relationnel. L’identité des acheteurs et vendeurs est rarement révélée et demeure confidentielle dans de nombreux cas. Avec son acte, Banksy pourrait ruiner cette relation de confiance entre les sociétés d’enchères et les collectionneurs. En effet, les courtiers de Sotheby’s (la société de vente aux enchères d’œuvres d’art qui a vendu la fameuse peinture) ont semblé tout aussi impuissant et surpris face à la farce. “Nous n’avions pas été mis au courant de cet événement, et n’y avons été impliqués en aucune façon”, a déclaré la société dans un communiqué.

De nombreuses questions sans réponse

Cette affaire risque même de mettre Sotheby’s en péril et de nuire à sa réputation. Dans tous les cas, l’entreprise se voit perdante. Soit ils ont truqué les enchères en brisant la confiance des acheteurs, soit leur incompétence à déceler une broyeuse dans un cadre de tableau est inacceptable. Car pour certains, difficile d’imaginer que la société n’était pas au courant. “Sotheby’s est vraiment en train de nous demander de croire qu’ils n’y sont pour rien ? Allons, ne nous prenez pas pour des idiots” a lâché sur Twitter Bandor Grosvenor, historien de l’art et ancien négociant. Georgina Adam, rédactrice spécialisée dans le marché de l’art précise elle que généralement, les oeuvres très convoitées ne sont jamais vendues en fin d’enchère, comme ce fût le cas avec la peinture de Banksy“Généralement, cette place est réservée à une œuvre mineure, parce que la salle de ventes commence à se vider à ce moment-là”. 

Pour d’autres, il est vraisemblable que Sotheby’s ne soit pas impliquée. Mais de nombreuses failles restent à expliquer. Il est par exemple assez courant que les tableaux soient passés aux rayons X. Il en va de même pour le cadre. Il n’est pas rare de le démonter pour examiner plus en profondeur les peintures. Surtout que le poids de la broyeuse aurait dû alerter. Cependant, l’auteur a tout à fait le droit d’interdire cette pratique, en justifiant que le cadre fait partie intégrante de l’oeuvre et ne doit pas être détérioré. Quoi qu’il en soit, aucune action n’a été réalisée.

En résumé, soit la société Sotheby’s a délibérément brisé la confiance si précieuse de ses clients, soit elle s’est montrée d’une vulnérabilité alarmante. Dans les deux cas, Banksy et son oeuvre ont mis en lumière les faiblesses du marché de l’art, et peut-être fragilisé une économie certes assez confidentielle, mais non moins importante. Mais il subsiste un paradoxe. Si l’artiste a une nouvelle fois voulu dénoncer le capitalisme et ses excès, la valeur de son oeuvre a tout simplement doublé selon un expert. Résultat, la peinture devrait être vendue encore plus cher lors d’une prochaine mise aux enchères.