Suivez-nous

Musique

Casseurs Flowters : ce que raconte leur opening en japonais

Publié

le

orelsan gringe casseurs flowters

Sept ans après la sortie de Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters, on revient sur cette introduction charismatique, digne des plus grandes séries d’animation japonaises. 

Il y a sept ans (déjà) sortait Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters. Cet album purement story-telling, raconte les tumultueuses aventures des deux membres des Casseurs Flowters, cherchant désespérément inspiration et temps pour boucler leur projet. Traversant une multitude d’univers, l’album déploie une drôle d’introduction, entièrement en japonais, évidemment inspirée des mangas. On y retrouve cette guitare électrique charismatique, ainsi que cette rythmique nerveuse qui ponctue l’ouverture des dix-huit pistes.

Publicité

Orelsan, de la parodie au générique

Racontés par Mote Aoki, un photographe proche d’Orelsan, ces quelques mots déploient efficacement le déroulé de l’album. Traduites par Genius, ces cinq phrases nous emmènent au plein coeur de l’histoire des deux protagonistes. On y découvre les grandes thématiques de l’album : amitié musique et surtout discours stupides, mais également leur objectif : finir un album de rap. De manière très charismatique, la voix nous souhaite alors la Bienvenue chez les Casseurs Flowters. 

Amitié, musique, comportement et discours stupide,
Nos deux amis ont un album de rap à finir.
Cependant, ils y parviendront avec la participation chaotique de leurs amis.
Venez passez une journée avec Orelsan et Gringe.
Une aventure d’hommes: Bienvenue chez les Casseurs Flowters.

Intitulée “Opening”, cette introduction reprend à peu près tous les codes qui forment le cocktail d’un bon manga japonais. À l’exception d’un seul : contrairement aux portraits habituellement dithyrambiques et aventuresques des personnages principaux, ici, Orelsan se veut bien moins flatteur. «Courage, tendresse, réflexion ne sont pas leurs plus grandes qualités», rappelle l’auteur de Le chant des sirènes, louant la bonne (et seule) volonté de son comparse et lui-même.

Publicité

Pour la belle histoire, les inspirations nippones des Casseurs Flowters auront fini par découler symboliquement sur la carrière d’Orelsan, puisqu’il a été invité à rapper sur le générique français de One Punch Man, lors de la deuxième saison. D’ailleurs, c’est lui-même qui incarne la voix nationale du personnage, qui prend également à contre-pied le genre du shonen par la trop grande puissance de Saitama.

À découvrir également : Orelsan et l’histoire du paragraphe supprimé de “Suicide Social”

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *