Suivez-nous

Musique

Cinq rappeurs qui pourraient représenter la France à l’Eurovision

Publié

le

Cinq rappeurs qui pourraient représenter la France à l'Eurovision

Tandis que la France se fait sécher chaque année à la grande compétition de chanson européenne, peut-être serait-il plus judicieux d’envoyer un représentant plus concret de son industrie musicale.

Cette année, Bilal Hassani s’envolera en Israël pour représenter la France à l’Eurovision. Si le jeune chanteur se classe parmi les favoris avec son titre “Roi”, sa pole position relève davantage de l’exception que de la règle pour un artiste français. D’année en année, la France se fait copieusement devancer, en envoyant des artistes plus ou moins inconnus du public francophone. On exagère à peine. Et si on envoyait un rappeur ? OK, niveau chant, c’est pas le grand luxe, mais sinon ?

Alkpote, pour rigoler un bon coup

Imaginez une salle de 20 000 personnes, tapant fièrement dans ses mains au rythme des “pute, pute, pute” du rappeur car elle ne connait pas un mot de français. Ce serait génial putain. Niveau chant, c’est pas forcément la joie, mais quitte à passer pour des cons chaque année, autant envoyer un mec qui va nous faire rire. Les lobbyings en sueurs, l’étiquette “misogynie” collée sur le front de la France lors du G7. On imagine déjà Donald Trump féliciter Alkpote sur Twitter. Bref, du grand luxe.

Lomepal, et pourquoi pas ?

Et si on alternait les propositions débiles et les propositions sérieuses ? Lomepal est l’un des plus gros vendeurs de 2018 avec son album Jeannine. Il continue de cartonner en ce début d’année et certains de ces morceaux entrent déjà dans la culture. Imaginez une interprétation de “Trop beau” de Lomepal en Israël, ce serait cool. Après tout, l’image de la musique française ces derniers mois, c’est lui. Il qualifie lui-même son album de variété, donc si, au lieu d’aller chercher des mecs en manque de buzz depuis 2007 style Chimène Badi ou Emmanuel Moire, on essayait de mettre en avant les gars qui fonctionnent ici et maintenant ? C’est juste une idée, hein.

Kalash Criminel, qu’on se fasse respecter un peu

Bon. Imaginons que la technique de gagner par la musique ne marche pas. On n’a qu’à envoyer Kalash Criminel mettre un coup de pression sur la scène de l’Eurovision. Voir Crimi balancer “La sacem de Florent Pagny” en prime time sur France 2 est un objectif de vie personnel. Le voir se ramener avec cinquante mecs de Sevran devant tous les pays européens serait juste in-cro-ya-ble. Sortez les quads et les T-Max en “Y”. Faites que ce vœux se réalise. S’il vous plaît, s’il vous plaît, s’il vous plaît.

Orelsan, la vraie France

Orelsan s’est toujours porté représentant de la France provinciale, de ses stéréotypes qu’il poétise. Et si le rappeur caennais allait nous balancer un petit “Défaite de famille” sur la scène de l’Eurovision ? Alors ok, personne ne comprendrait rien. Autant viser sur la mise en scène. Après tout, la gagnante de l’année passée a gagné en faisant la poule. Bon, le message n’était pas le même, c’est sûr, plus sociétal, plus subtil, mais quand même. La poule, quoi…

Damso, pour faire chier les Belges

Quitte à ne pas gagner l’Eurovision, peut-être pourrait-on se réchauffer avec notre consolation éternelle : faire chier nos voisins du plat-pays. Eux qui ont refusé que Damso interprète l’hymne de leur équipe nationale à la coupe du Monde 2018. Résultat : ils se sont fait poutrer par nos Bleus nationaux. Et depuis, ils chialent, ils chialent, ils chialent. Peut-être que Damso accepterait de représenter l’Hexagone à l’Eurovision. Et peut-être même qu’il gagnerait, au nez des Belges. Ce serait fou. Seul hic : qu’ils envoient Angèle. Croisons les doigts.