Suivez-nous

Musique

Comment Booba et Kaaris ont impacté le business de l’aéroport d’Orly

Publié

le

Comment Booba et Kaaris ont impacté le business de l'aéroport d'Orly

En plus de devoir casquer une sacrée somme auprès des parties civiles, Booba et Kaaris ont aussi sérieusement bousculer la réputation de l’aéroport d’Orly. Véridique.

Le 1er août 2018, Booba et Kaaris ont fichu un sacré bordel à l’aéroport d’Orly. Voyage en Espagne, bouteille de parfum, bagarre générale : pas besoin de refaire la scène. En revanche, le tribunal correctionnel de Créteil se l’est refaite plusieurs fois, lui, pour évaluer le préjudice de ce capharnaüm au milieu du duty-free.

Selon Le Parisien, ce jeudi 28 novembre, les parties civiles ont réclamé tribunal correctionnel de Créteil plus de 800 000 € aux deux rappeurs. Une somme ahurissante, qui devrait découler sur une association des deux hommes pour régler la facture, à en croire le quotidien. De quoi permettre d’amortir la perte du chiffres d’affaire au lieu et place du combat, évaluée à 700 000 euros par la société exploitante des commerces.

Booba et Kaaris égratignent la réputation d’Orly

Plus que ça, la bagarre et son aura internationale semble avoir eu d’importances répercutions sur la réputation de l’aéroport. Depuis, l’avocat de la société exploitante des commerçantes regrette des «conséquences médiatiques vis-à-vis de notre clientèle de luxe. Elle veut pouvoir déambuler en toute sécurité». Il ajoute que la clientèle chinoise a fui les boutiques de l’aéroport les cinq mois qui ont suivi la rixe. Et du côte des Aéroports de Paris, l’autre partie civile, rebelote : «Cet événement reste dans les esprits. Le préjudice se prolonge dans le temps pour l’aéroport.»

Et côté scène urbaine, on pourrait même ajouter que la bagarre a eu des conséquences sur l’image des rappeurs, plongés une nouvelle fois dans le bain des stéréotypes et de la brutalité. De plus, l’affaire de l’octogone, désormais bouclée, n’a fait qu’approfondir cette sensation auprès des médias généralistes, mais également auprès d’un public plus éloigné et peu habitué aux codes du milieu.