Suivez-nous

Musique

Il faut parler de Squidji avant qu’il ne perce

Publié

le

Squidji, un nom qui se répand dans les conversations de plus en plus d’auditeurs. Et cela pour de bonnes raisons : portrait d’un jeune artiste prêt à se forger une place au coeur du rap. 

Squidji, un nom qui se répand dans les conversations de plus en plus d’auditeurs. Et cela pour de bonnes raisons : portrait d’un jeune artiste prêt à se forger une place au coeur du rap. 

Alors que la canicule maculait l’asphalte il y a quelques semaines de cela, un visuel aux couleurs douces, venu dépeindre une soirée chill, a accompagné le doux et chaud morceau “Feeling” de Squidji. Depuis la parution du titre, toute une effervescence a pris forme autour de l’artiste. Si peu d’information circulent à son sujet, les multiples titres qu’il propose fournissent un aperçu conséquent de sa personnalité ainsi que de son avenir dans le rap francophone. 

Squidji et son atmosphère ambivalente

Pour comprendre l’essence même de la musique proposée par Squidji, il faut s’éloigner du rap pur pour se rendre à la frontière qui borde les contrées du RnB. Ainsi, ses prémices dans la musique se font dans une ambiguïté constante, oscillant entre chants espacés et vers poétiques condensés. Lorsque le rappeur du 15e arrondissement sort ses premières esquisses en 2017, on y décèle déjà une hésitation quant à la direction artistique qu’il souhaite prendre en déposant dans nos oreilles les titres qu’il a publié sur son Soundcloud. Une hésitation, ou plutôt une recherche de soi : si des particules d’un rap en apesanteur se dégagent sur certains morceaux comme “T.C.H.” ou “Codeina”, la forme reste classique avec des instrumentales encore comparable à des type beat.

Finalement, après des EPs comme Negus ou Suppadaddykid au côté de Bnkdakid, ses ambitions sont revues à la hausse dans Trap et d’Eau Fraîche en 2019. Plus orienté en direction d’une trap pure et dure, Squidji développe tout de même son thème de prédilection : les aventures avec les femmes. Par diverses romances, il conte ses quêtes parsemées de troubles et de doutes, saupoudrées par un égo-trip léger. “Star”, dernière piste du projet, laisse entrevoir une direction aux attraits plus charnelles qu’il prendra pour l’année 2020. 

Publicité

Squidji trace un chemin cohérent

Ainsi, dans une regain de sur-productivité, s’invitent deux EP sur un mois d’intervalle : Brahma et Saraswati. S’extirpant d’une trap pouvant parfois devenir générique, Squidji aborde des productions qui se positionnent d’égal à égal avec sa voix nonchalante. Car ce qui fait la force de l’artiste est bien ce timbre de voix qui, en plus d’être entraînant, varie dans les intonations, écartant tout signe de monotonie. Ses prouesses se précisent dans des titres comme “Excursion” ou ou “Baby Dolly”, des exemples probants qui, au passage, viennent démontrer sa capacité à balanstiquer des flows qui se meuvent dans une chorégraphie travaillée. 

Son chemin vers la gloire se concrétise avec les titres hors-projet dont il nous a dernièrement gratifiés, entre “Ebony” ou le fameux “Feeling”. Sa maîtrise vocale se veut habile et flexible, donnant lieu à des morceaux dépourvus de temps mort, dans la recherche d’une accumulation de refrains. “Feeling” en devient la quintessence, tellement le rappeur arrive à fusionner chez l’auditoire l’envie profonde de se trémousser et celle de play-backer ces dires. Le crooner boy expose ses inspirations tirées de Drake et des membres de son label OVO, à la lisière du rap et du RnB, tout en apportant une saveur propre à lui.

Publicité

S’affichant aussi bien au côté de Captain Roshi que de Myth Syzer, l’artiste prend peu à peu de la masse en terme de popularité et semble emprunter plusieurs directions artistiques qui pourraient se voir réunies dans un futur projet. Car après tant d’EPs, Squidji risque de saisir l’opportunité d’un succès grandissant pour proposer une carte de visite aboutie, sans bavure. Avec la reviviscence du RnB lors de ces dernières années, et son implantation dans le milieu du rap, le prodige a toute ses chances pour se greffer à la scène nationale dans les mois à venir.

À lire aussi : Nekfeu honore la mémoire de Népal dans le clip de “Sundance”

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *