Suivez-nous

Musique

Jok’Air : « Aux States, Alkpote aurait eu une meilleure considération »

Publié

le

Jok'Air : « Aux States, Alkpote aurait une meilleure considération »
© Kemix d'Hangar

Suite à son featuring avec Alkpote sur la réédition de son album, Jok’Air a effectué une belle déclaration à son sujet sur Instagram.

Connu pour sa vulgarité démesurée, Alkpote ne plaît pas forcément à tout le monde. Ses textes crus alliant crasse et violence n’attirent qu’une partie du public. Un choix assumé puisque Alkpote a fait de cette obscénité toute la particularité de son personnage.

Sur la réédition de l’album de Jok’Air, l’Empereur comme il aime se faire appeler, partage un featuring avec NJD sur le titre “J’turn up”. Sur Instagram, Big Daddy Joke n’a pas manqué de remercier le rappeur parisien par le biais d’une longue déclaration. En toute sincérité, il qualifie Alkpote de “boss” et “d’exemple de réussite (en restant le même)”. Il poursuit en affirmant qu’outre-atlantique, Atef Kahlaoui de son vrai nom, aurait été accueilli autrement par le public.

Aux States, il aurait eu une meilleure considération.”

Pour Jok’Air, Alkpote doit sa réussite à sa persévérance et son amour pour le rap. Car il est vrai qu’avec son personnage atypique, il ne fait pas les choses comme les autres. Il ne flanche pas “dans la facilité pour rentrer dans des codes” ou pour “plaire à des médias ou à la ménagère”. Une description qui reflète parfaitement la carrière d’Alkpote. Il se moque de ceux qui ne l’apprécient pas et vit de son rap avec son authenticité artistique. “Voilà pourquoi j’aime tant Alk” conclus Jok’Air.

View this post on Instagram

J'turn Up ft. @alkpoteofficiel et @njdofficiel extrait du film #LaFièvre (lien bio). Alk, un boss, un exemple de réussite (en restant le même). C'est le Duncan MacLeod du Rap, le Gucci Man de France. Au States il aurait eu meilleur considération. Je repense à une période de sa carrière. En interview il disait vouloir arrêter, qu'il travaillait à la chaine dans une entreprise. L'amour du rap, l'acharnement font que là, il vit aisément de sa passion en restant tjrs le même, L'empereur du sale. C'est beau. C'est la plus grande partie du personnage qu'il faut retenir. Ne pas flancher dans la facilité pour rentrer dans des codes, pour plaire à des médias où à la "ménagère". Croire en soi, tjrs en soi, persévérer et vivre pour sa famille, rien que pr sa famille. Le connaissant personnellement, l'observant avec ses enfants… C'est archi lourd. Voilà pourquoi j'aime tant Alk. @njdofficiel est tjrs resté proche, même si il vit à Orléans. Il m'a tjrs apporté son soutien et ça ne date pas d'aujourd'hui. Je me suis tjrs promis de l'inviter sur un gros morceau pour qu'il ai une meilleur exposition car vu la qualité de ses sons, il le mérite. Donnez de l'amour à mon frère @njdofficiel , suivez le, soutenez le et allez découvrir les gros visu qu'il fait sur sa chaîne YouTube. Le negro travaille très bien, trop bien ! Partagez partout le film #LaFièvre. Streamez mon projet surprise #LaFièvre. Produit par @murphys_prod / réalisé par @juliengauthier_

A post shared by Jok'Air (@bigdaddyjok) on

La Fièvre

Sans aucune annonce faite au préalable, Jok’Air a offert une superbe surprise à son public : la réédition de son dernier album, Jok’Travolta. Avec 16 titres supplémentaires, La Fièvre vient compléter ce projet en beauté. Mais ce n’est pas tout. Le rappeur n’a pas fait les choses à moitié : en plus de cette réédition, Jok’Air a dévoilé un film/documentaire du même nom que le projet. Disponible sur YouTube, il offre au public la possibilité de découvrir des interviews et des images d’archives exclusives.

À lire aussi : Alkpote, la crasserie en huit punchlines