Suivez-nous

Musique

Orelsan explique pourquoi il parle tant de ses grand-mères et des personnes âgées

Publié

le

Orelsan parle de ses grands-mères : «Les personnes âgées me fascinent»

Très attaché à ses grands-mères, Orelsan a expliqué que les personnes âgées étaient pour lui une véritable source d’inspiration.

La grand-mère d’Orelsan, c’est un peu sa plus grande fan. On a vu Janine dans le clip de “J’essaye, j’essaye” des Casseurs Flowteurs, dans celui de “Défaite de famille”, dans plusieurs reportages et vidéos – bref, une vraie star qui entretient une grande fierté pour son petit-fils comme le racontait la mère d’Orelsan. Mais l’inverse est aussi vrai. Orelsan, c’est un peu le plus grand fan de sa grand-mère. Invité pour une interview “Mots de tête” par Spotify, le rappeur est revenu sur son rapport à ses grands-parents et aux personnes âgées en général.

Publicité

advertisement

Orelsan : «Elles ont vécu des histoires incroyables»

«J’aime bien parler de mes grands-mères, parce c’est vraiment une autre vision de la vie. Elles ont grandi dans un monde qui n’est pas le même que le notre, explique-t-il. Après, je tire le fil et je me dis attend : ça veut dire qu’il y a combien de vieux en France ?». Et Orelsan pousse sa réflexion encore plus loin, essayant de comprendre les mécanismes de génération et d’un quotidien différent du sien. «Il y a potentiellement 20% de la population. qui va dire qu’il y a trop d’insécurité parce qu’ils ont entendu le bruit du pot d’échappement de la mobylette du voisin avant-hier. et c’est ça qui les a fait voter comme ça, ok».

Mais pour l’auteur de Civilisation, cette considération et cet approfondissement sont essentiels à son œuvre. «Les personnes âgées sont une source d’inspiration. Elles me fascinent, confie-t-il, toujours pour Spotify. Elles ont vécu des trucs incroyables, des histoires incroyables qui n’arriveraient plus forcément à notre époque. Du coup, j’aime bien parler d’elles». Plus jeune, Orelsan habite chez sa grand-mère pendant un temps. Celle-ci lui fait écouter Yves Montand, Django Reinhardt, Charles Trenet, mais aussi de la musique classique. «J’aimais bien “Le Carnaval des animaux”. Sûrement parce qu’il y a des animaux, rigole l’artiste. Ce sont des trucs que, même plus tard, j’ai samplé. Par exemple, dans nos lives, on a samplé Vivaldi. Je me rappelle, elle écoutait “Les Quatre Saisons”».

Publicité

advertisement

Publicité

advertisement
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *