Suivez-nous

Musique

Avec “Crash”, ScHoolboy Q s’apprête à boire la concu’ deux jours avant l’album

Publié

le

Un troisième single fort pour ScHoolboy Q à deux jours de l'album
Instagram : @groovyq

Pour finir d’enthousiasmer son public à deux jours de la sortie de son cinquième album CrasH Talk, ScHoolboy Q a dévoilé un troisième extrait de celui-ci : “Crash” 

Enfin. Après presque trois longues années d’attente depuis Blank Face LP, mais ScHoolboy Q a finalement décidé de remettre le couvert. Et il semblerait que l’attente en ait valu la chandelle si vous nous permettez la non-expression. Décalé il y a quelques mois, par respect après la disparition de Mac Miller, l’heure de CrasH Talk a finalement sonné. Après avoir dévoilé au grand public deux extraits efficaces, dont l’un aux côtés de Travis Scott (“CHopstix”, nous vous en parlions ici), l’ancien MC de Black Hippy a fini par annoncer la fameuse tracklist de son cinquième album studio. 14 titres, dont plusieurs featurings relativement prestigieux (Kid Cudi, 21 Savage, Ty Dolla Sign…). Et une sortie le 26 avril, qui ne l’a pas empêché de sortir son dernier single deux jours avant : “CrasH”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

New CHapter “CrasH Talk” 4.26.19 / PRE ORDER NOW (Link in Bio)

Une publication partagée par ScHoolboy Q (@groovyq) le

« I mastered the rap game, I mastered the dope game »

Le flow est lisse. La prod’ est souple. Les thématiques profondes. ScHoolboy Q n’a rien perdu de tout ce qui faisait sa force. En seulement 2 minutes 42, la livraison est faite, et l’attente pour l’album n’en devient que plus insoutenable. Il y a aborde et y mêle son attachement à sa fille dans son monde où criminalité et succès ont fini par payer, malgré des sacrifices. Puis du haut de ses 32 ans, dont plus de dix passés à faire du rap, se permet cette pique à la jeune génération qui privilégie les chaînes en or à des investissements immobiliers.

« Lil’ rappers ain’t impressive
Your tax bracket ain’t impressive
You buy a chain, but won’t buy no land
That hashtag should say, “Desperate” »

À voir aussi :

À LIRE
Avec ses disquettes d'or, Népal nargue la SNEP