Suivez-nous

Musique

Que penser de “140 BPM”, le nouveau projet de Hamza ?

Publié

le

hamza 140 bpm

Ce jeudi, Hamza a levé le voile sur son nouveau projet 140 BPM. Un court EP de trois morceaux, plus sombres et fourmillant de punchlines. 

Hamza a signé son sobre retour. Quelques mois après ses extravagances natales sur Santa Sauce 2, l’artiste bruxellois revient avec un projet post-confinement bien nécessaire. Porté par trois morceaux, “Netflix”, “Henny Pop” et “Nobu”, 140 BPM dévoile un Hamza perdu dans ses sombres pensées. Le projet est un concentré d’égo-trip pur, aussi voluptueux que terriblement efficace. Les trois titres s’entourent de cette même atmosphère, propulsée par des basses surpuissantes et par un Hamza à la verve intenable.

Ainsi débute alors “Netflix”, une ouverture dans les règles de l’art. La production est d’une sobriété parfaite, aucun élément superflu : mélodie, rythmique et basses. Seule la voix de Hamza se charge de tenir l’auditeur en haleine. Le morceau s’entoure de la topline efficace : «On a fuck, après on a chill, mais j’ai jamais mis Netflix». Une superbe introduction.

Et aussi : il serait mieux d’utiliser autre chose que le mot “autotune”

Hamza, première pierre avant l’album ?

De la même manière “Henny Pop” s’articule autour de puissantes punchlines qui frappent l’auditeur dès la première écoute. «La dernière qui m’a bien nettoyée la qu*ue n’était pas une sal*pe mais une maniaque.» Ça fonctionne.

“Nobu” conclut ses trois morceaux avec une aisance redoutable. Hamza est dans son terrain de jeu : une production qui travaille pour lui, et sa voix nappée d’auto-tune qui virevolte entre la rythmique. Là encore, les thématiques de l’argent dopées à l’égo-trip s’y retrouvent : «Elle n’était jamais allée chez Channel, elle a déposé un chèque.»

Alors, bien que court, 140 BPM donne de la matière à retenir pour Hamza et ses fans. Inspiré par ce format d’EP qui, ces derniers mois, fonctionne bien (Rim’K ou encore Roméo Elvis), l’artiste publie ses quelques titres enregistrées en studio sans penser à l’ossature artistique réclament une mixtape ou un album. Là, Hamza kicke sur des prods, montre qu’il est dans une parfaite maîtrise de son art, et ouvre la voie à un probable deuxième album, plus d’un an après la sortie de Paradise.

Dans le reste de l’actualité, il annonce “Rodeo 2” de Travis Scott et provoque un tollé sur Twitter

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *