Suivez-nous

Musique

À Lyon, ils étaient trois à vouloir bloquer le concert, et Ninho a déroulé

Publié

le

À Lyon, ils étaient trois à vouloir bloquer le concert, et Ninho a déroulé

Après une improbable polémique initiée dans l’après-midi de jeudi, Ninho a finalement offert un spectacle comme il a le secret à Lyon, dans une halle Tony-Garnier comble. 

«Y’a personne, on est trois», relaye un utilisateur sur Snapchat. Ce jeudi 13 février, un appel au boycott lancé sur les réseaux sociaux souhaitait perturber le concert de Ninho à la halle Tony-Garnier, à Lyon. Une initiative motivée par les tristes événements du début semaine, où Sadek, accompagné de plusieurs personnes, s’est rendu à Vénissieux, dans l’agglomération lyonnaise, pour passer à tabac le blogueur Bassem.

Finalement, que nenni. À 18 heures, ils n’étaient que trois à tenter d’initier le mouvement devant la salle. Il ne s’est finalement rien passé. Et alors que l’affluence gonflait à l’approche du concert, programmé à 20 heures, plusieurs camions de CRS, postés devant l’entrée, étaient chargés de démotiver quelconque débordement.

Ninho : «Maintenant ils savent tous»

C’est donc face à une salle comble que Ninho a brillé, balayant les polémiques. Sur scène, entouré des six lettres du mot “Destin”, clin d’oeil à la pochette de son dernier album, l’artiste a enchaîné ses tubes avec une énergie folle. La setlist, longue, raccourcissait la quasi-totalité des morceaux à un couplet pour un refrain, histoire de retracer la discographie déjà bien chargée de l’homme au dix singles de diamant.

D’ailleurs, mention spéciale à son enchaînement truffé de pierres précieuses de collaborations, où “Ma 6T a craqué”, “Distant” et “Elle est bonne sa mère”, concentrée dans un petit medley de 3 minutes, ont embrasé la scène. Grosse ambiance sur “La vivance”, également, où la fosse, coupée en deux, a entonné vaillamment l’introduction explosive du morceau.

Ainsi, pendant une grosse heure et demie, Ninho a rappelé pourquoi il était l’un des poids lourd actuel du rap français. L’artiste a d’ailleurs posté une vidéo sur son compte Instagram, avec “La vie qu’on mène”, chantée par les spectateurs. «Maintenant ils savent tous», a-t-il sobrement commenté.

Dans le reste de l’actualité, en délaissant ses catégories de “genre”, les Victoires de la Musique tentent d’englober tout le monde dans un même panier. Quelles conclusions en tirer ? 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Merci à vous Lyon 💓 #JaiDeposerLeMic #MaintenantIlsLeSaventTous 🎶

Une publication partagée par Ninho Sdt (@ninhosdt) le

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *