Suivez-nous

Musique

Angèle : «Je refuse que, demain, toutes les interviews tournent autour de l’homosexualité»

Publié

le

Angèle : «Je refuse que, demain, toutes les interviews tournent autour de l'homosexualité»
Photo : @julie.oona

Confrontée à une exposition malsaine de sa vie privée, Angèle est revenue sur les dernières révélations qui ont rythmé son actualité. 

«En quoi ma vie privée pourrait-elle intéresser à ce point ?», soupire la jeune artiste pour Télérama. Peut-être que sa récente première place au classement des artistes les plus écoutés en France, en 2019, est-elle un indicateur suffisant. En tout cas, Angèle, a subi de plein fouet son impressionnante aura médiatique en novembre dernier, après que Public ait publié en Une de son magazine un cliché de la Bruxelloise au bras de sa supposée nouvelle compagne. De quoi animer les rumeurs sur sa bisexualité.

«Je m’attendais à des ragots, mais pas à ça, précise-t-elle. C’est très violent de réaliser que des paparazzis se sont cachés en bas de chez soi et ont attendu des heures pour attraper, de façon préméditée, l’image qui ferait vendre. J’ai eu la très désagréable sensation d’être traquée. Cela dépasse tout ce que j’avais déjà compris et connu.» 

À lire aussi : De Lomepal à Angèle, la nouvelle génération est proche de craquer

Angèle muée en icône

Les rumeurs concernant la bisexualité d’Angèle étaient également animées par certains morceaux, “Ta reine” ou “Tu me regardes”, où la chanteuse y fait clairement référence. «La chanson “Ta reine”, je l’avais écrite en pensant à une amie gay, qui trouvait les lesbiennes sous-représentées dans la pop culture.» 

Et comme avec “Balance ton quoi”, devenu un hymne féministe dans les manifestations, le morceau “Ta reine” a dépassé la simple oeuvre musicale. «J’ai été la première étonnée de recevoir autant de messages de remerciement, et de voir des salles entières chanter», reprend-t-elle.

Toutefois, elle refuse d’endosser un rôle trop important concernant l’homosexualité. «Cela ne me dérange pas de porter des drapeaux, mais je ne peux pas le faire seule. Je ne vais pas parler au nom de toutes les femmes. Ni au nom de toutes celles qui vivent des relations homosexuelles». Et alors que sa vie privée semble défrayer la chronique, Angèle prévient : «Je refuse que, demain, toutes les interviews tournent autour de ce sujet (…). Je ne veux pas être définie ainsi. Je suis avant tout musicienne.»

Dans le reste de l’actualité, cette blague pourrie sous un clip de Billie Eilish est devenue le commentaire le plus liké de l’histoire de YouTube