Suivez-nous

Musique

De Lomepal à Angèle, la nouvelle génération est proche de craquer

Publié

le

De Lomepal à Angèle, la nouvelle génération est proche de craquer
Crédit: Charlotte Abrow

Dans une longue analyse publiée par Le Parisien, plusieurs jeunes artistes de la nouvelle génération, comprenant Angèle, Lomepal, Bigflo et Oli et Jain, s’avouent épuisés par l’industrie musicale. 

«Je veux tout couper, je veux fuir l’industrie, le système», avoue Lomepal, à bout de souffle. Celui qui vient de triompher à Bercy, fin novembre, reconnaît un grand besoin de prendre l’air. Comme d’autres, la plupart issus d’une nouvelle génération pris dans l’étau médiatique, financier et physique du verso de la musique. Tous, dans des médias successifs, ont évoqué leur besoin de faire une pause. Le Parisien a recensé ces témoignages.

«Physiquement, je sens qu’il faut faire un break, mais c’est surtout la pression et le stress… Je n’ai pas envie de développer des maladies», poursuit Lomepal après avoir enchaîné deux albums et une multitude de dates en deux années. «C’est une fatigue mentale, ça ne s’arrête jamais», continue Bigflo. Avec son frère, l’explosion aura été aussi fulgurante que cette exposition incessante au devant la scène. Les concerts au bout du monde se couplent d’un manque de sommeil constant et d’une inaptitude à prendre du repos.

«J’ai 23 ans et, depuis cinq ans, j’ai plus fait vivre Oli qu’Olivio, termine son frère. J’ai besoin de rééquilibrer ça, de m’occuper de mon appartement, de ma vie intime.» Une vie vraisemblablement incompatible avec l’exigence d’un métier sous pression où la rigueur artistique oblige des concessions. Mais selon eux, la chance de vivre cette vie, la “vie d’artiste”, instaure un tabou. «On a une vie tellement à part et exceptionnelle qu’on n’ose pas en parler au public. Même certains amis ont du mal à comprendre.»

Angèle : «Je vais m’arrêter pour un moment»

Angèle avait également fait part de son besoin de repos, à la rentrée. «Les deux dernières années ont été difficiles, soufflait-elle. Beaucoup de choses se sont passées et je veux aller de l’avant. Il serait peut-être sage que je fasse une pause, y compris sur les réseaux sociaux, mais je ne pense pas que j’y arriverais. Quoi qu’il en soit, quand ma tournée actuelle sera terminée, je vais m’arrêter pour un moment».

Mais cette vie à deux milles à l’heure ne concerne pas uniquement la nouvelle génération. En début d’année, Orelsan alertait sur les mêmes conséquences. « Pour l’instant je vais prendre un peu de repos, notait-il. J’ai encore quelques petits trucs qui vont sortir puis on va voir. Peut-être qu’à un moment je me remettrais à faire de la musique. Pour l’instant je n’ai rien de précis, je n’ai pas de film, je n’ai pas d’album en cours, rien… Je vais prendre un peu de liberté ! »