Suivez-nous

Musique

Booba : sa belle référence à “Jimmy” dans le clip de “Mona Lisa”

Publié

le

booba mona lisa jimmy ultra

Un petit détail du clip “Jimmy” s’est caché dans le dernier visuel de Booba “Mona Lisa”. Un petite pièce de nostalgie pour ULTRA

On aurait pu le prédire, mais finalement, Booba ne s’est pas fait submerger par la nostalgie à l’approche d’ULTRA. Excepté quelques punchlines éparpillées par-ci, par-là, dont une référence à Ali, le Duc a refusé de se tourner vers le passé, même pour un dernier album. Au final, le plus gros clin d’oeil pourrait se retrouver dans le clip de “Mona Lisa”, avec JSX. Dès l’introduction du visuel, le Duc s’affiche de dos, avec un maillot du Milan AC floqué du numéro 7. Il s’agit de la même tunique portée par Jimmy dans le clip éponyme, une dizaine d’années plus tôt.

Publicité

À lire également : quand Booba parlait de l’échec de “Je sais” et d’auto-tune il y a six ans

Booba : «C’est vrai que ce personnage a la même personnalité que moi»

Cette référence, qui relève plus d’un clin d’oeil esthétique, prouve que Booba tout de même glissé quelques éléments nostalgiques au fil de sa promotion. Publié en novembre 2012, le clip de “Jimmy” a été un levier immense pour son album Futur. Sur une ambiance reggae, le titre narre l’histoire d’un immigré qui tente de faire front à la société. Un récit tourmenté, et surtout victime d’une triste fin, puisqu’à l’issue du clip, Jimmy décède d’une balle dans le dos.

Publicité

On pourrait également voir dans cette référence un ultime rapprochement entre Booba et le personnage de Jimmy même, si quelques années plus tôt, il refusait de s’identifier clairement à lui. «C’est vrai que ce personnage a la même personnalité que moi. C’est un rebelle, qui choisit rapidement de ne pas courber l’échine, avouait-t-il Métro-France, relayée par Genius. à Il sait que c’est la guerre, il n’attend pas de se manger trois gifles pour arrêter de tendre la joue. Mais c’est surtout l’histoire d’un immigré. Je veux dire que j’en connais plein, des Jimmy. Des mecs qui viennent du bled et qui se retrouvent à vendre du crack à Stalingrad.»

À lire également : Booba évoque quelques regrets sur son morceau “Petite fille”

Publicité

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *