Suivez-nous

Musique

Nekfeu, Orelsan, Damso : on s’est rappelé ces tracklists et on a bien rigolé

Publié

le

tracklist nekfeu damso orelsan

À chaque sortie d’album événement, son lot de spéculations fantasmatiques. Et à l’heure des réseaux sociaux, les fake tracklists se propagent à vitesse grand V. Quelques souvenirs avec Damso, Booba, Nekfeu ou encore Orelsan. 

«Si c’est marqué sur internet, c’est p’t-être faux mais c’est p’t-être vrai», avouait Orelsan. Et à l’heure de l’omniprésence des réseaux sociaux lors de la communication d’un opus, les promotions virent parfois aux capharnaüms ambulants tout droit sortis de l’esprit farfelu de certains fans. Ces dernières années, chaque sortie majeure d’un album s’accompagne d’une tracklist pulpeuse aux collaborations abracadabrantesques, chargées de titiller le fan-service de communautés hyper-actives. Certaines sont au mieux crédibles, d’autres complètement irréelles, mais toutes auront accompli leur tâche : créer le buzz. Bienvenue dans un monde où les spéculations et les fake news sont reines.

Booba, encore précurseur

En France et dans le monde du rap, le Duc est précurseur de beaucoup de choses, et les spéculations maladives en font visiblement partie. En fouinant sur les réseaux sociaux, c’est à lui qu’on attribuerait les premières fake tracklists diffusées sur le net. Nous sommes en 2012, à l’époque de Futur où Booba, toujours plus proche de ses affinités américaines, déploient sur ses réseaux sociaux de drôles de rencontres avec Waka Flocka ou encore Rick Ross. Très vite, les fans imaginent de nombreuses collaborations fictives avec ces grosses pointures américaines avant Futur : sur quelques très vieux tweets, on retrouve des featurings déjà annoncés avec Rihanna ou encore Meek Mill.

Si Futur aura quand même affiché en son sein 2Chainz et Rick Ross, la communauté de l’artiste a cru pendant longtemps à une collaboration avec Rihanna : laquelle aurait dû être ajoutée, comme celle avec Chris Brown, sur Futur 2.0. Pour une fois, les fans n’étaient pas si loin du compte, puisque Booba avait avoué un contact avec Rihanna, ainsi qu’une collaboration avec Chris Brown finalement jamais sortie. En 2014, un certain 0.7, basé sur à peu près syr rien, annonçait encore une collaboration avec la chanteuse ou la présence de Gradur. La sortie de D.U.C. quelques mois plus tard refermera définitivement ces pistes… seulement pour quelques temps. Car Booba continue à faire l’objet d’hypothèses bancales, à l’image double-album Bataille finale, annoncé après Trône, qui n’aura jamais vu le jour.

Orelsan, le danger de la hype

Ironiquement, les tracklists fictives peuvent aussi être dangereuses pour les artistes, puisque, en prenant de l’ampleur, elles font émerger une hype chez les auditeurs qui ne sera jamais comblée. C’est un peu ce qu’il s’est passé avec Orelsan, en 2017, à l’heure de La fête est finie. Alors qu’il dévoilait le clip de “Basique”, en annonçant la sortie de son album, une tracklist plutôt crédible de vingt morceaux a été diffusée sur les réseaux sociaux. On y retrouve six invités : Vald, Youssoupha, Nekfeu, Damso, MGK et Stromae. Et alors que les fans se sont peu à peu persuadés de la véracité de cette line-up, Orelsan a tenu à balayer lui-même les rumeurs sur son compte Twitter.

Finalement, la véritable tracklist de La fête est finie ne comptait que Nekfeu et Stromae. Exit donc les quatre autres invités plutôt alléchants. Justice sera rendu pour Damso un an plus tard, à l’occasion de la sortie de “Rêves bizarre”, dans l’Épilogue du projet, tandis qu’une collaboration avec Vald est apparue sur l’album de Gringe, avec également Suik’on Blaz AD. Pour Youssoupha et MKG, en revanche, on attend encore. Peut-être un jour.

PNL et le fantasme des feats

Difficile de faire fantasmer des fans avec une tracklist lorsqu’un groupe se refuse au moindre featuring. Pourtant, aucun album de PNL ne sort sans son lot de spéculations. À l’heure de Deux frères, on compte près d’une dizaine de captures d’écran différentes, chargées de détenir l’exclusivité des morceaux de l’album. On appréciera la démarche et le professionnalisme de ce petit malin qui a monté tout un fichier crédible pour teaser Deux frères. On ne retrouve que des proches du duo en collaboration et des noms de morceaux cohérents, embourbés autour des singles déjà dévoilés. Mauvaise pioche, mais l’effort est apprécié.

Car en avril 2019, cette crédibilité a légèrement été supplantée par la folie créative des fans de PNL. Une tracklist en particulier s’est voulue redondante : on y trouvait une seule collaboration, en la présence de Travis Scott. Peu probable, mais pas moins que d’autres qui imaginaient carrément une suite à Deux frères avec Deux fauves, en comprenant des collaborations spectaculairement improbables avec Ninho, Lil Durk ou encore Freeze Corleone et Osirus Jack. La crédulité a ses limites, les amis.

Nekfeu, et le bordel de Les étoiles vagabondes

Place à Nekfeu, maintenant, et l’admirable Les étoiles vagabondes. Publié en juin 2019, l’album s’est heurté à une promotion étrange, puisque l’artiste n’a teasé qu’une brève bande-annonce quelques semaines avant de balancer son long-métrage au cinéma. Ce laps de temps aura tout de même permis à une tracklist de voir le jour. Et elle était, du moins esthétiquement, plutôt crédible, puisque s’inspirant de la direction artistique de l’album, et également floquée des différents participants à la conception et distribution du projet. Bref, du bon boulot.

Au niveau des titres aussi, le graphiste a vu plutôt juste. L’Entourage, Jazzy Bazz ou même Kool Shen parmi les collaborations, on est dans le crédible, teinté d’une légère surprise. Mais la piste 12 enfonce complètement les théories : “Pass” feat Eminem. Ça, c’est non, malheureusement. Difficile d’imaginer Nekfeu allait forcer un featuring avec Eminem, et difficile d’appréhender l’artiste de Detroit porter un quelconque intérêt à un rappeur français. Faute de parcours. Ce dernier featuring improbable aura permis quelques détournements sympathiques, à l’image de celui-ci où se chevauchement Johnny Hallyday, RebeuDeter et Rohff.

Damso, et si on parlait de QALF ?

Enfin, difficile de parler de fausses tracklist sans en arriver à QALF. Avant qu’il ne soit officiellement dévoilé fin septembre, l’opus de Damso a été victime d’intenses spéculations, animées par les indices livrés par Damso lui-même. Car contrairement à tous les autres albums préalablement cités, QALF devait répondre à une contrainte : les lettres grecques. Les fans en étaient persuadés et toute la communication autour de l’opus tournait autour de ça. Ainsi, au fil des extraits balancés par Damso et quelques autres recherches, les fans sont parvenus à dresser une liste de morceaux quasi-officielle. Surtout que celle-ci a longuement été animée par une supposée publication du rappeur qui aurait été immédiatement supprimée, ornée de la légende : «C’est ça que vous attendez ?».

Jusqu’à encore très récemment, cette tracklist a été utilisée comme un argument tangible, bien que ce tweet n’ait jamais existé. Finalement, le mystère autour des lettres grecques initiées par Ipséité n’a toujours pas été levé, même si Damso certifie que tout n’est pas fini. L’histoire montre tout de même que la déformation de certaines rumeurs inventées de toute pièce par des fans gagne en légitimité avec le temps. Les réseaux sociaux qui comportent chaque jour leur lot de leaks, rumeurs et snippets ouvrent un entier monde du possible, que seules les informations officielles sauront contredire. Si la hype du fan a toujours son petit effet lorsque les rumeurs émergent, après-coup, elles restent particulièrement amusantes.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 SAS INTERLUDE MÉDIA