Suivez-nous

Musique

Diabi : «Le seul qui a un son français, c’est Jul»

Publié

le

diabi jul
IG / @omgchloerose

Diabi, invité par Yard lors d’une interview live avec Lansky, s’est exprimé sur le manque de texture identifiable chez les rappeurs français, à l’exception de Jul.

C’est le genre de phrase qui mélange le sincère compliment et le terrible constat. Lors d’un live avec YARD, disponible en replay sur l’IGTV du média, Diabi s’est confié sur l’identité de sa musique et du rap contemporain. Tandis que Lansky le questionne sur le «manque de vie» des albums actuels, Diabi reconnaît une réflexion moins prononcée, en studio, en France.

«J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de personnes actuellement qui font de la musique, mais ne captent pas forcément pourquoi cette musique a été faite, révèle l’artiste. Des fois, les gens font des trucs parce que c’est comme ça que ça a été fait, mais ils ne savent pas pourquoi.»

Et aussi : la prod de “Humanoïde” de Nekfeu était destinée à Alpha Wann

Diabi reconnaît un “son Jul”

Il prend l’exemple de la trap d’Atlanta, «il y a une texture, une couleur, un son», avant de regretter que ces identités singulières manquent au rap français. «Il n’y a pas de producteurs qui a vraiment une patte, où tu sais que c’est lui. Comment ça sonne, il n’y a que lui qui fait un truc comme ça en France.»

Il finit par trouver un contre-exemple : «Le seul qui a vraiment eu un son français et qui a imposé un son français, c’est fou ce que je vais te dire, mais c’est Jul». Précisant ne pas être particulièrement client de sa musique, Diabi lui reconnaît une texture, une “musique Jul”. Et Lansky d’ajouter que de nombreux artistes tentent de le reproduire, mais que la musique de Jul reste singulière.

Diabi évoque enfin l’exemple de la Sexion d’Assaut et une époque «où ils avaient leur texture à eux. Sur L’École des points vitaux, les prods ne ressemblaient à aucune autre prod que tu pouvais écouter». En concluant : «J’attends qu’il y ait ce mec qui va imposer sa patte.»

Dans le reste de l’actualité, Diabi raconte l’histoire derrière le mythique « Tu me dis quand c’est bon ! »

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *