Suivez-nous

Musique

En 2020, la 75ème Session continue les arts martiaux

Publié

le

sopico 75eme session
© Lucas Matichard

Hash 24, pur produit de la 75ème Session, dévoilera son projet Hell Paradise ce 24 mai. On s’est donc intéressé à ce qu’avait produit le collectif en 2020.

Hash 24 est de retour ce dimanche 24 mai avec Hell Paradise. Un projet made in 75ème Session, qui nous amène à nous intéresser à l’actualité du collectif en 2020. Immersion dans l’actualité des artistes du dojo qui ont fait parler d’eux ces derniers mois.

Adios Bahamas, classique testamentaire

Le 10 janvier, Népal dévoilait à titre posthume son premier album Adios Bahamas, le rappeur étant tristement décédé le 9 novembre 2019. Pour rappel, le rappeur fréquente la 75ème Session depuis bien des années maintenant, on le voit notamment apparaître dans ce freestyle anonyme d’anthologie en 2011.

Adios Bahamas regroupe Nekfeu, 3010, Doums (avec qui il formait le duo 2Fingz), mais également Sheldon, le taulier de la 75ème session, ainsi que Di-Meh, dont les premiers projets ont été produits par le collectif. Un album fait en famille. Dans le fond, cet album accorde une large place à la spiritualité, et combine nombre d’influences japonaises et orientales, le tout dans une atmosphère douce. Le Règlement a d’ailleurs réalisé une analyse poussée de l’opus. L’année est encore loin d’être terminée, pourtant personne ne saurait nier qu’Adios Bahamas est l’un des albums majeurs de 2020.

M le Maudit, pas de projet, mais quelques missiles tout de même

Certes, pas de projet en 2020 pour M le Maudit. Le rappeur s’est pourtant révélé plutôt productif, particulièrement durant le mois de janvier. Le 8 janvier, il dévoile le son “Mauvais exemple”, un morceau sombrement nostalgique accompagné de touches de piano qui renversent l’instrumentale. Le 28 janvier, il est en featuring avec Derka LTF sur le morceau “Svcxche” dans un son plus énergique, plus banger, mais toujours ténébreux.

Un MC prolifique, puisqu’il avait déjà sorti 4 morceaux en 2019 après la sortie de son album I hate love en septembre. Il apparaît également sur le projet Appel manqué d’Inspire, sur le morceau “l8phone”. Ce qui nous amène justement à parler du prochain rappeur de la 75ème Session qui a fait parler de lui.

Et aussi, “One Piece” sur Netflix : les premiers épisodes sont écrits.

Inspire, accro à son smartphone

Il a enfin sorti un nouveau projet après “Millénaire II”, qui remonte maintenant à 2016. Oui, Inspire a fait son come-back ce 27 mars avec son projet de 10 titres intitulé Appel manqué. Il n’était pas véritablement parti bien-sûr, en témoignent la série de morceaux qu’il avait sorti en 2018 et 2019 avec (tiens, tiens…) M le Maudit. Appel manqué sonne plus sombre, plus nocturne que ses premières prestations, et confirme le virage pris ces dernières années.

Le projet joue énormément sur le champ lexical du téléphone : on retrouve par exemple dans la tracklist les morceaux “06”, “07”, “Mute” ou, tout simplement, “Téléphone” : « Quelques pourcents sur la batterie, là où j’habite c’est la matrice / j’ressens plus rien mais ça m’attriste, nouvelle pétasse fait des caprices ». Une direction artistique plutôt séduisante et un ensemble cohérent. Et encore un projet 100% 75ème Session.

Et enfin Sopico, le polyvalent

Mystique. C’est ainsi que l’on pourrait décrire le dernier EP de Sopico Épisode 0 sorti ce 1er mai. Six titres atmosphériques qui donnent l’impression d’écouter un seul et même morceau. Jouant l’énigmatique sur Instagram après des publications très abstraites, il a fini par dévoiler un projet tout aussi mystérieux, invitant les auditeurs à formuler leurs théories. L’interlude du projet en est le meilleur exemple. Elle appelle à “Décoder” son énigme, l’objectif étant de comprendre la direction musicale que prend l’artiste. «Décodons.»

À côté de ça, l’artiste de la 75ème session occupe un rôle dans la série The Eddy de Damien Chazelle. Il interprète Tarif, le grand frère musicien de l’un des personnages principaux. Mais il s’offre également quelques scènes musicales exceptionnelles dans lesquelles Sopico mélange rap et jazz. On le trouve notamment dans la bande originale de la série. Un artiste qui semble comblé, fier de sa réussite. Il a dernièrement publié une série de tweets dans lesquels il encourage, au travers de son vécu, à croire en ses ambitions. Quelques extraits ci-dessous.

Et aussi, Sopico : l’art de s’affranchir des barrières.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *