Suivez-nous

Musique

Punchlines et mélancolie sans autotune : Jul a plié l’instru’ de “Pittbull”

Publié

le

À l’occasion de sa venue dans Planète Rap pour la sortie de son opus La Zone en Personne, Jul a interprété plusieurs freestyles, dont une reprise de “Pitbull”, un classique de Booba.

Affichant plus de 50 000 ventes en première semaine avec son dernier album, Jul est apparu ce lundi dans Skyrock pour une performance des moins surprenantes. Le rappeur offre quelques freestyles sans autotune pour le plus grand plaisir des auditeurs et rappelle ses débuts en utilisant un phrasé bien différent de celui qu’il arbore habituellement. Un Jul plus posé, plus nostalgique, que certains disent “comme à l’ancienne”.

“Si la vie t’a baffé, qu’elle t’a réveillé, dis merci”

Malgré un succès sans conteste, il est important pour le rappeur de prouver qu’il ne compte pas prendre la grosse tête et ce notamment sur cette performance à Marseille, sa ville natale, où il assure ne pas oublier d’où il vient. Dans cette troisième partie, il pose ses mots sur les célèbres beats de “Pitbull” de Booba, titre qui avait à l’époque marqué un tournant dans la carrière du Duc. L’instru’ est en fait elle-même une reprise de “Mistral Gagnant” de Renaud, ce qui ne laisse personne indifférent, pas même Jul,  paraissant ému durant la performance.

“Moi j’ai réussi dans le rap, et pourtant à l’école j’étais pas un bon élève” dit-il, montrant une fois encore, un peu comme si c’était son objectif ultime, que comme lui, avec de l’ambition et du travail, on peut tout. Cette volonté du rappeur à partager avec ceux qui le soutiennent et à transmettre les leçons que la vie lui a apprises, on la retrouvait déjà depuis ses premiers titres, mais cette dernière transparaît d’autant plus avec cette série de freestyles pour le moins maîtrisée. L’artiste ne s’imagine donc pas garder les avantages de son succès pour lui tout seul, d’où la phrase :

“Écoute ce que je vis, écoute ce que je dis, j’ai renversé la potion sur le peuple”

Ainsi, Jul a ébahi ce lundi, tant ses admirateurs que ses détracteurs, avec cette apparition sans fausse note.

À lire aussi : Jul : “si je voulais, je pourrais écrire mieux”