Suivez-nous

Musique

Le festin copieux et nostalgique de Lomepal et Caballero

Publié

le

Pour la dernière de la saison #CheckFood, le gourmet belge Caballero invite cette fois-ci son ami de longue date Lomepal pour dévorer des spécialités asiatiques, et échanger sur leur passé, leurs présents, et leurs futurs.

C’est officiellement la fin de l’avent, et l’heure de la Cène a déjà sonné pour les deux ambassadeurs culinaires du média belge Check. Après neuf dégustations alléchantes et animées, il est temps pour le duo de rappeurs/entertainers francophones le plus allumé de déposer ses toques Ralph Lauren et fines herbes. Depuis février, chacun leur tour, Caballero et JeanJass ont su accommoder et ajouter du piment et de l’humour à la formule #CheckFood sans qu’elle devienne fade ou écœurante. Isha, Krisy, Gaëlle Garcia, Zwangere Guy, Maskey, Seb (La Frite), Mehdi Maïzi, Jonathan Cohen … Une liste d’invités aussi alléchante que les divers plats qu’ils sont venus déguster, et autour desquels ils sont venus se confier face caméra. Car en alliant gastronomie à causerie, convivialité à délectation, le concept #CheckFood s’est affirmé comme un espace médiatique d’échanges unique(s) et réjouissant(s).

En souvenir du bon vieux temps

Pour son dernier repas (de la saison), El Gordo Guapo a eu la chance d’accueillir le chef Antoine Valentinelli, seulement quelques semaines après la sortie du brillant Jeannine. Et pour l’occasion, on a mis les grands plats dans des plats encore plus grands. Aujourd’hui, entre deux effets spéciaux et facéties du pharaon blanc, c’est la cuisine asiatique du “Bao Bang Bang” qui est à l’honneur. Cuisinier d’un jour, Caballero devient le fier géniteur d’un bœuf thaï appétissant, qu’il placera ensuite dans un “bao” (petit chausson garni ultra-populaire en Asie). Ce même bao qu’il dégustera ensuite en compagnie de Lomepal accompagné d’une myriade de douceurs de la région, en valsant entre ses rôles traditionnels d’entertainer et d’intervieweur, mais également d’ami de l’invité cette fois.

À lire aussi : Entre sincérité et larmes, Lomepal présente “Jeannine”, sa dernière pièce maîtresse

À LIRE
Coup double pour Nekfeu, l'histoire pour PNL : le top 5 des first week de 2019

Encore plus qu’à l’occasion des autres émissions, on assiste au repas de deux bons amis qui semblent heureux de se retrouver. Le sourire aux lèvres et les fous rires complices, les voilà qui échangent amicalement sur la dernière réalisation musicale de l’un d’entre eux. Et progressivement, l’auteur de Jeannine va se confier avec légèreté sur les problématiques et questionnements qui ont rythmé son processus créatif : son côté perfectionniste, symptomatique de son morceau “Trop beau” pour lequel Vladimir Cauchemar a dû donner la touche finale  :

“Si je voulais faire un morceau spontanée, je pense que j’y arriverais pas […] Je pense que je suis de la même branche qu’Orelsan”

Ses fantasmes récurrents pour une autre vie musicale de rockeur, comme celle des Strokes :

“Être un jour sur scène avec un ou deux guitaristes, un bassiste, un batteur, et être en train de jouer, sans rien de branché à un ordi”

Mais surtout, l’ogre Palpal et tonton Caba semblent habités d’un dixième de nostalgie paradoxale sur les années et tournées qu’ils ont vécu ensemble, et qu’ils ne regrettent qu’à minima à l’heure des Zéniths et des festivals par dizaines.

“Tous les deux on a vécu des belles années de merde, covoiturage et concert vide. Mais on est bien loin aujourd’hui […] On vit notre meilleure vie”

Pourtant, (sans bien sûr passer Jeannine sous silence), on vous invite à écouter leur projet commun de 2014 avec Fixpen Sill qui vaut le détour : Fixpen Singe, malgré les quelques moqueries qu’ils adressent à l’égard de sa rareté :  

“Non seulement il a été pressé en physique de manière très rare, mais même sur Spotify il reste rare parce que personne ne l’écoute”

Ainsi, pas de restes de Bao pour ceux qui ont bien plus que de beaux restes, mais une question : c’est officiellement la fin de l’avent, mais quel après pour #CheckFood ?

À voir aussi :