Suivez-nous

Musique

Le Snep interdit à Ninho de faire plus d’un feat par mois

Publié

le

Le Snep interdit à Ninho de faire plus d'un feat par mois

À travers un porte-parole, le Snep, garant des certifications de l’industrie musicale, a imposé des restrictions de featurings à Ninho, «pour en laisser un peu pour les autres»

«Éviter un épuisement total des stocks» : voilà comment le Snep a justifié, ce mercredi, sa procédure exceptionnelle pour limiter le nombre de collaborations de Ninho. Le syndicat, qui gère l’industrie musicale française, s’est agacé du trop grand nombre de certifications de l’artiste, jugeant la concurrence «déloyale».

À travers un porte-parole, le Snep a commenté cette décision : «Les stocks de disques certifiés ne poussent pas encore sur les arbres malheureusement. Si on ne l’arrête pas, il y en aura bientôt plus», explique-t-il en se risquant à une comparaison osée avec la déforestation en Amazonie.

Ninho : «Tout ne se passe pas comme prévu»

Mais pourquoi limiter seulement Ninho ? En fait, le Snep ne souhaite pas déséquilibrer complètement le marché de l’industrie musicale française. «Réhausser à nouveau les seuils de certifications reviendrait à tuer les petits artistes. C’est impensable, on ne peut pas résoudre le problème d’un artiste en pénalisant tous les autres». 

Ainsi, réfléchissant à une solution autour d’une table ronde réunissant les plus grandes pointures de l’industrie musicale française, le Snep a pris la décision d’interdire à Ninho de publier plus d’un featuring par mois. «C’est une décision progressive, prévient le Snep. Le but n’est pas d’annihiler toutes les certifications de Ninho, mais de les limiter. On commence par un featuring seulement par mois, et si les conditions ne s’améliorent pas, on passera à un tous les deux mois». 

De son côté, l’artiste a sobrement réagi à travers une story Instagram dans laquelle il avoue : «Tout ne se passe pas comme prévu».  Jugeant la décision «sévère» mais «compréhensible», Ninho tenterait de réunir, pour le mois d’avril, Jul et Heuss L’Enfoiré, sur le même morceau.

Évidemment, et comme c’est la tradition sur Interlude, cet article est un pur poisson d’avril. 

Et dans le reste de la (fausse ?) actualité, après trois semaines en studio, Jul n’avait pas remarqué le confinement. 

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *