Suivez-nous

Musique

Frenetik : 5 grosses punchlines de “Jeu de couleurs”

Publié

le

frenetik jeu de couleurs
© Fifou

Ce week-end aura été marqué par Jeu de Couleurs, première mixtape de Frenetik. Après une année 2020 où le rappeur aura été mis sous le feu des projecteurs grâce à l’EP Brouillon et ses shows Colors, 2021 devrait être l’année de la confirmation. Retour sur son projet en cinq punchlines marquantes.

“Je déclare la guerre à tout ceux qui s’opposent au fait qu’un jour, je serai l’numéro un” – “Chaos”

Publicité

L’album s’ouvre sur “Chaos”, déjà sorti en amont de la mixtape, accompagné d’un clip puissant. Ici, Frenetik affirme sa volonté d’être le meilleur dans sa discipline, sans oublier de prévenir ses détracteurs et ceux qui en doutent qu’il ne compte pas se laisser faire. Cependant ce n’est pas un message à l’encontre des autres rappeurs. Au contraire, et comme il l’explique dans son interview avec Mehdi Maïzi, lorsqu’il écoute et apprécie ce que proposent d’autres artistes cela lui donne l’envie d’aller en studio pour se surpasser et être meilleur qu’eux. De la bonne compétition en somme.

“Ils ont attendu bavures, violences gratuites et règlements d’compte, pour se rendre compte que d’puis toujours la vie des noirs compte” – “Mauvais oeil”

Publicité

Frenetik aborde un sujet ayant fait beaucoup de bruit en 2020 : le mouvement Black Lives Matter, et plus généralement, le racisme dans la société actuelle, ainsi que les bavures policières, thème revenant souvent dans ses lyrics. Néanmoins, il met en opposition à cette dénonciation le fait qu’il en ait fallu arriver à un tel point et attendre si longtemps pour que ces mouvements fassent du bruit alors que ces problèmes ont toujours existé. On sent dans ses paroles une réelle intention de s’ériger contre le racisme et de prendre position comme certains l’ont fait avant lui, notamment Youssoupha, qu’il à déjà cité comme une inspiration pour son écriture.

“Y’a pas photo, les idées sont négatives lorsque tu nous vois à travers les clichés” – “Blanche neige”

Publicité

On retrouve ici un exercice d’écriture très utilisé par le rappeur. L’utilisation d’une métaphore, entourée par un champ lexical. La photographie et le rapprochement entre des idées et des pellicules pouvant toutes les deux être négatives. Par ailleurs, Frenetik fait ici référence aux regards portés sur les jeunes de banlieue, qui sont souvent mal vus par une société qui ne les comprend pas. Ce rapport aux autres et ce qu’il peut ressentir à travers leurs regards est un sujet récurrent dans ses paroles.

“Mental de feu, j’ai la barre donc j’suis toujours opé’, j’tape “22” quand j’les vois, 23 toujours aux pieds” – “Infrarouge”

Le rappeur s’appuie sur l’enchaînement des chiffres 22 et 23 pour sa punchline. Le 22 représentant les forces de l’ordre, on comprend ici qu’il prévient ses amis lorsqu’il les voit dans son secteur d’un message signalant leur présence. Sa relation avec la police est un thème constant dans sa musique. Ainsi il n’hésite pas à remettre en question leur rôle et leurs responsabilités notamment auprès des personnes noires et des jeunes issus de milieux défavorisés.

Le 23, lui, est une référence directe au numéro de maillot de Michael Jordan et donc de sa marque de chaussures que Frenetik dit toujours porter. Il porte d’ailleurs une paire de Jordan 1 retro Bred lors du show Colors ou il interprète ce son. Malgré très peu de références de ce genre, on décèle chez lui un attrait pour le streetwear et des goûts surs en matière de sneakers.

“Des liasses de billets mauves sous un ciel bleu, c’est tout c’qu’il nous faut pour voir la vie en rose” – “Rouge”

Cette punchline fait écho au titre du projet Jeu de couleurs. Ici, le rappeur joue littéralement avec les différentes couleurs pour exprimer son désir d’argent, de voyage et de bonheur. Malgré le fait que ce soit un thème qui revient souvent dans le rap actuel, la manière qu’a Frenetik de l’amener dénote. En effet, cette énumération de couleurs dans la phrase permet d’imager ses propos tout en rappelant la ligne directrice de la mixtape.

Jeu de couleurs, Frenetik, 2021. 

Dans le reste de l’actualité, découvrez trois hypothèses sur le prochain album de Damso. 

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *