Suivez-nous

Grands Formats

Voix douce et flow old school, Maïcee se dévoile dans un EP éponyme

Publié

le

Voix douce et flow old school, Maïcee se dévoile dans un EP éponyme

Maïcee, jeune artiste Montpelliéraine sort aujourd’hui son premier EP. Un projet qui présente un univers unique, flirtant délicieusement entre hip-hop, jazz & soul.

Il y a quelques semaines, Maïcee franchissait une nouvelle étape dans sa toute jeune carrière. A seulement dix-neuf ans, cette artiste originaire de la capitale héraultaise jouait pour la première fois devant le public parisien à La Place Hip-Hop. Mais ce n’est rien comparé à ce qui l’attend aujourd’hui, puisque ce vendredi (21 juillet 2017) correspond à la sortie de son premier EP éponyme. Le projet présente l’univers d’une artiste à la voix angélique, au flow old-school et à la palette musicale variée, avec des influences hip-hop, jazz, soul et même reggae.

Mais ne vous y trompez pas : bien que française, c’est en anglais que la demoiselle a choisi d’exprimer sa musique. Une langue qu’elle apprendra à force d’écouter, de chanter et d’étudier les textes des nombreux artistes qui ont forgé sa personnalité : The Pharcyde, le Wu-Tang Clan, Eminem, Nate Dogg, Mobb Deep ou encore Lauryn Hill, sa curiosité musicale est sans limite.

Publicité

Crédit photo : Luc Jennepin

De la chambre au studio

Déjà expérimentée dans l’art du chant grâce aux nombreuses reprises faîtes durant son adolescence, c’est à l’âge de 16 ans qu’elle signe ses premiers textes, très inspirés du rap qu’elle écoute au collège. Un exutoire pour Maïcee qui se tourne rapidement vers Uni’Sons, une association montpelliéraine dont le fer de lance est l’insertion via la musique et la culture hip-hop. Pour l’exemple, la structure propose des ateliers d’écriture et des sessions d’enregistrement, ce à quoi la chanteuse aura bien entendu recours. « C’est avec eux que j’ai enregistré mon premier morceau « I Don’t Care ». J’ai choisi la prod et pour la première fois, j’ai eu l’opportunité de faire quelque chose qui me représentait vraiment ». Forte de cette première collaboration, l’asso va prendre l’artiste sous son aile et ensuite, tout va s’accélérer.

La magie opère sur scène

Ce nouveau pas dans la vie d’artiste lui aura permis ensuite de s’illustrer lors de concours locaux. Lauréate du concours Disk’Air 2015, dans lequel Tunisiano faisait partie du jury, elle remporte peu de temps après, le titre de coup de cœur du festival montpeliérain 2+2=5, auquel assiste le directeur de la salle nîmoise Le Paloma. Un début de reconnaissance qui lui donnera l’opportunité de faire ses premières scènes. « Jouer en live est quelque chose d’unique à laquelle je ne m’attendais pas. Il y a encore quelques années, j’étais dans ma chambre à m’entraîner à parler anglais sur des karaokés », confie-t-elle.

Deux ans se sont écoulés depuis, et Maïcee poursuit progressivement son chemin. Sa dernière prouesse remonte d’ailleurs à cette année, lorsqu’elle remporta le tremplin des Inouïs du Printemps de Bourges 2017. Particularité de ses concerts depuis ? Elle partage la scène avec un saxophoniste, Jp Fonky. « J’aime le hip-hop, mais aussi le jazz. C’est pourquoi je me suis dit que le saxophone collerait parfaitement à ce que que je voulais transmettre. Les instruments sur scène, c’est magique, c’est vraiment quelque chose que j’ai envie de développer à l’avenir, mais chaque chose en son temps« . Pour un essai, c’est un coup de maître. Maïcee en live, c’est une expérience unique et envoûtante, à l’image de la fraîcheur d’expression et de la douceur qu’elle dégage.

Crédit photo : Phil Poulenas

Après sa première date parisienne, des performances aux festivals Les Déferlantes à Argelès et aux Francofolies de la Rochelle, la jeune femme a même eu l’honneur de faire la première partie du mythique groupe New-Yorkais De La Soul à Sète. Mais l’heure n’est pas pour autant au repos. Maïcee poursuit actuellement sa tournée estivale, avec des passages prévus entre autres à Bédarieux et Niort. La machine est définitivement lancée, mais l’artiste reste humble : « Tout s’est vraiment fait tout seul » !

Publicité

Un EP pour boucler la boucle

Mais l’ultime test est bien là. Après avoir présenté son univers au travers ses différentes scènes, elle confirme aujourd’hui son élan avec la sortie de son premier projet portant son nom. Maïcee est un EP de six titres aux allures de carte de visite, une porte d’entrée vers son univers entre hip-hop, jazz & soul. Le mot de la fin est à l’artiste. Une phrase dans la langue du Prince Charles qui la représente, et qui s’avère être dans le même temps, le fil rouge de cet EP : « Everything we can do is to pull together to love each other ». Tout est dit. Il ne vous reste plus qu’à écouter et apprécier.

Le premier EP de Maïcee est à découvrir ci-dessous.

Publicité

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *