Suivez-nous

Musique

Médine raconte comment Netflix lui a volé une série

Publié

le

Face aux polémiques, Médine renonce au Bataclan

Médine a donné une interview à Clique dans le cadre de la promotion de son dernier album StorytellerIl raconte sa réaction lorsqu’il a découvert que Netflix avait lancé un documentaire intitulé Enfants du destin.

Thème récurrent dans sa discographie, les morceaux “Enfants du destin” abordent la vie d’enfants issus d’un peuple en guerre, victimes collatérales du conflit. Nour, Daoud, David, Petit Cheval, Sou-Han ainsi que le plus récent Ataï, ils sont tous des victimes de la guerre, de la colonisation, ou d’une épuration ethnique. Des récits historiques et réalistes qui ont parfois réussi à alerter l’opinion public sur le conflit évoqué. En effet, le poignant story-telling sur l’histoire de Nour, jeune fille Rohingya, a été un des éléments déclencheurs d’une prise de conscience médiatique et politique. Le clip accompagnant la chanson a d’ailleurs été tourné en Birmanie. L’artiste du Havre a déclaré:

“Netflix m’a volé un concept, ils m’ont volé le concept des “Enfants du Destin”. C’est une espèce de classique dans mes albums. C’est une série de morceaux historico-géopolitiques où je raconte l’histoire d’un enfant au cœur d’un conflit qui se termine souvent dramatiquement. Pour le coup je me réveille et je vois “Enfants du destin by Netflix”. Ça m’a piqué au vif, c’est moi qui dois faire cette série, ce documentaire… J’ai même pas regardé tellement j’étais vexé”.

>> À voir aussi : Le freestyle surpuissant de Médine, Kery James et Youssoupha

À LIRE
Tyler The Creator : « Je suis un putain de bon producteur »

Enfants du destin est une série documentaire originale Netflix réalisée par Vanessa Roth. Elle raconte la vie de filles indiennes issues de familles de la caste des Dalits, une des communautés les plus pauvres du monde. Le titre original de la série est “Daughters of Destiny”, mais Netflix francophone a adopté une traduction identique aux titres des morceaux de Médine. Plagiat ou pas? À vous de juger mais la coïncidence demeure troublante.