Suivez-nous
Guizmo et son label ont dévoilé ce vendredi leur premier opus de 17 titres avec quelques surprises à la clé. Guizmo et son label ont dévoilé ce vendredi leur premier opus de 17 titres avec quelques surprises à la clé.

Grands Formats

Nekfeu & Guizmo : les meilleurs ennemis de l’ombre

Publié

le

Évincé de l’Entourage en 2012, Guizmo s’est dressé à plusieurs reprises contre son ancien collectif, et plus précisément Nekfeu. Entre clashs, pics et interviews, retour sur une rivalité explosive.

Mettons de côté les Booba, Kaaris, Rohff ou La Fouine pour s’intéresser à l’une des dualités les plus intéressantes mais frustrantes du rap français : Nekfeu et Guizmo. Après leur buzz aux Rap Contenders au début des années 2010, l’Entourage, un crew de rappeurs parisiens s’immisce doucement dans le rap français. A la fois jeunes et fougueux, les membres du groupe impulsent un rap frais mais paradoxalement old school. Et malgré une soif homogène de kickage brut, plusieurs rappeurs semblent sortir du lot. Parmi eux, Guizmo, Nekfeu, Alpha Wann ou Sneazzy West, tous révélés aux Contenders. Et alors que le premier d’entre eux sort son premier album studio Normal fin 2011, l’Entourage annonce, quelques mois plus tard, la rupture entre le MC et le collectif. Exclusion unanime ou départ volontaire ? Rien n’est concrètement établi, mais la séparation fait l’effet d’une petite bombe.

La guerre froide

Tel un dernier fracas, Guizmo et Nekfeu accouchent d’une ultime puissante collaboration, Enfants de la Patrie. Très engagé, le morceau crée le désaccord entre les deux artistes et restera, malheureusement, le dernier souvenir d’un tandem explosif. Après ça, Guizmo, rancunier et amer s’en est pris plusieurs fois à ses ex-potes à travers plusieurs clashs, plus ou moins directs : « Chat Perché », « Tour de Pise » ou « Cours plus vite que les baffes ». De son côté, l’Entourage se veut plus discret et évite tout envenimement inutile, les membres ne s’expriment uniquement à l’occasion d’interviews avec des versions plus ou moins cohérentes. Près de cinq ans après, rien ne dit clairement la raison de cette fracture. Sur l’annonce, l’Entourage évoquait un désaccord artistique. Dans plusieurs entretiens, Deen Burbigo ou Jazzy Bazz expliquaient plutôt une « embrouille de pote ». De son côté, Guizmo, en pleine ascension en 2012, laisse croire qu’il s’agit d’un conflit d’intérêt. Qu’en penser ?

Publicité

Alors que le torchon brûle, une nouvelle fois, le collectif parisien tente de relativiser et même, parfois d’apaiser les tensions. « Ça reste l’un des meilleurs kickeurs de France » déclare Deen Burbigo. Mais sont-ils tous du même avis ? Pas vraiment, l’un d’entre eux se veut un peu moins indulgent : Nekfeu. Quand, à l’époque, on lui demande quel est le rappeur le plus ridicule du moment, le Fennec répond en rigolant « Guizmo« , alors que son crew autour de lui semble éviter la question. Décidément plus hostiles, les deux MC, désormais poids lourds du rap français, se tournent froidement le dos. Pas une interview n’est réalisée sans que l’un évoque l’autre. Guizmo l’insulte ouvertement dans ses concerts, Nekfeu se fait frapper par des supposés « proches » du rappeur dans la rue. La confrontation entre pote vire parfois à l’intox et au final, le démêlement entre le vrai et le faux est quasi impossible. Certaines informations vont même jusqu’à évoquer une bagarre entre les deux en se basant sur des paroles.

Petite tapette, quitte la pièce avant qu’j’te brise la tête, moi j’te nique en rap et en bagarre de rue – Guizmo, Tour de Pise

Demande au petits de Belleville comment je droite les gremelins qui grattent toujours les mêmes lignes – Nekfeu, Les pièces du puzzle

Arrête de croire le lâche qui parle de m’achever
Je peux parler d’la fois où j’lui ai éclaté le crâne – $-Crew, Couteau Noir

Les antipodes du game

Alors qu’il poursuit sa route en loup solitaire, Guizmo gravit les échelons du rap français. Son dernier album Dans ma Ruche est loué par la critique et lui vaut le titre honorifique d’un incontestable futur grand du secteur. En parallèle, Nekfeu, entouré de son $-Crew ou de 1995, tisse sa toile. Pourtant, avec Feu en 2015, le rappeur déchaîne la chronique et dompte le game avec près de 175 000 exemplaires vendus. Une prouesse commerciale et artistique impressionnante que balaye son ancien acolyte. Pour Guizmo, ce succès est dû à un virage beaucoup trop commercial dans la musique du Fennec.

Publicité

En effet, le contraste entre les deux artistes se dessine même dans leur style. Guizmo a toujours expliqué que le milieu de l’Entourage n’était pas vraiment le sien, et qu’en quittant le groupe, il était retourné vers un monde beaucoup plus « ghetto ». D’une part, on a l’inspiration urbaine pure de Guizmo, et de l’autre, un rap alternatif de Nekfeu, qui se revendique tout de même d’un milieu social difficile. Encore un nouveau point de désaccord alors que Guizmo précisait que le père de Nekfeu était flic…

Plus frustrant qu’amusant

Si les clashs entre Booba et La Fouine ou Rohff relevaient d’un caractère très distrayant, l’embrouille entre Guizmo et l’Entourage est carrément décevante. Il suffit juste de se laisser imaginer la puissance d’une nouvelle collaboration tant le niveau actuel des deux artistes est incroyable. Dans ses dernières interviews, Guizmo semble avoir troqué sa rancune contre une certaine forme de regret. En face, Nekfeu a semble-t-il, lui aussi, définitivement fait le deuil de cette confrontation. Le calme avant la tempête ou peut-on se laisser rêver d’une réconciliation inespérée ? L’avenir nous le dira, en attendant, on sort les mouchoirs en écoutant « Baptême de l’air ».

Publicité

À lire aussi : 5 morceaux d’anthologie de Guizmo.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *