Suivez-nous

Grands Formats

L’Odyssée caennaise de la lose et de la procrastination selon les Casseurs Flowters

Publié

le

L’Odyssée caennaise de la lose et de la procrastination selon les Casseurs Flowteurs

Visionnable sur la plateforme de streaming Netflix depuis quelques semaines, le film des Casseurs Flowters vaut vraiment le détour.

Le Eminem d’Alençon” mérite-t-il ce surnom qu’apposent parfois mécaniquement les médias peu familiers avec le rap en raison de la pigmentation cutanée “inhabituelle” de certains représentants du genre ? Nous aurions tendance à dire non. Mais avec son premier film, Comment c’est loin, le rappeur de Caen semble avoir répondu à son homologue américain de Detroit, dans un quasi-biopic singulier, pensé pour une jeunesse normande désœuvrée et désabusée. 

Sa table de nuit étant déjà remplie de deux Victoires de la Musique à l’époque, Aurélien Cotentin et son alter-ego Guillaume Tranchant ont fait il y a quelques années de cela un pari fou : en lieu et place d’un nouvel album qui suivrait le rafraîchissant Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowteurs, ils ont décidé d’en faire un film. Un film avec une bande-originale rap et des acteurs rappeurs, sans gangsters ni effusions de sang. Une semi-comédie musicale semi-autobiographique et semi-comique, mais entièrement satisfaisante, réalisée par Orelsan lui-même, aux côtés de Christophe Offenstein (directeur de la photographie sur de nombreux films de Canet) et Stéphanie Murat (qui avait déjà eu l’occasion de travailler aux côtés d’un autre ambassadeur du genre pour le film “Max”: Joey Starr).

Tout au long de cette “bromance” beaucoup moins basique qu’il n’y paraît au premier abord, on plonge dans vingt-quatre heures des vies romancés d’un Gringe et d’un Orelsan qui n’ont pas fini un morceau depuis des années, et cherchent à tromper l’ennui. Et pour encore troubler les frontières entre le réel et la fiction, des amis d’enfance jouant leur propre rôle, ainsi que la grand-mère d’Orelsan passent derrière la caméra, tout cela tourné à quelques kilomètres de là où il a grandi. Comme une version longue de leur morceaux clippé deux ans auparavant : “Regarde comme il fait beau.”

Abattu par la fatigue d’avoir rien branlé/ Le projet c’était d’rien foutre, et j’ai aucun plan B/ J’pense qu’à glander, chanter, m’esquinter la santé/ Mon cochon d’Inde est mort de faim, j’lui donnais rien à manger / Quinze appels manqués : rappelle-moi d’jamais les rappeler/ Aucun objectif : j’suis sûr de pas les rater !

À lire aussi : « Orelsan s’est fait virer de chez Quick car il essayait de changer les recettes des burgers »

Mais derrière cette antithèse à la fougue de la jeunesse, la profondeur du film semble autrement plus importante. Et l’album-concept des Casseurs Flowteurs pensé progressivement comme bande-son ne vient qu’amplifier cette profondeur : l’adaptation cinématographique d’un album qui a donné un autre album. Des jeunes empreints d’un certain mal-être et d’une amertume qui essayent de faire de leur mieux dans une vie qui n’est pas si facile… La peur de l’échec induisant la procrastination. Ainsi, il ressort de cette incursion dans le septième art un réalisme assez poignant et parfois comique, associé à un message d’espoir encourageant. Disponible sur Netflix à partir d’aujourd’hui, un film agréable à voir pour tout fan de Gringe ou d’Orelsan, et également pour tous les autres.

Et derrière “Comment c’est loin”, c’est l’accomplissement d’une forme de rêverie pour les deux compères, mais également l’élargissement notable de leur potentiel artistique au yeux du grand public. Nous ayant déjà arrachés quelques éclats de rire au long des quelques heures de leur mini-série Bloqués (qui a également lancé Serge Le Mytho), le chemin a été long depuis. Orelsan a doublé avec joie le personnage principal du manga One-Punch-Man, lancé sa marque de vêtements “AVNIER”, joué dans l’énigmatique Au Poste de Quentin Dupieux (aux cotés de Benoît Poelvoorde et Grégoire Ludig), accumulé les Victoires de la Musique et les featurings prestigieux. Tout cela pendant que son compère de toujours Gringe a eu un rôle notable dans le thriller Carbone d’Olivier Marchal (aux côtés de Benoit Magimel) entre autres et a sorti son album il y a très peu de temps… Ceux qui n’arrivaient pas à finir une chanson n’ont plus une minute pour eux.

De la simple histoire de deux mecs qui sortaient de chez eux pour acheter des sandwichs triangles sont nées beaucoup de réalisation artistiques intéressantes qui les ont amené loin, très loin. Et l’histoire reste encore inachevée.