Suivez-nous

Musique

Orelsan : son amusante référence à « Au DD » et Ademo

Publié

le

orelsan ademo

Orelsan a déployé son nouvel album Civilisation. Un projet déjà truffé d’anecdotes, dont une référence à Ademo qui a interpellé les fans. 

Après de longues semaines d’attente, Civilisation a enfin été dévoilé. Le nouveau projet de l’artiste a été publié ce jeudi soir à minuit et anime déjà d’intenses conversations en ce début de matinée. Parmi celles-ci, une amusante référence d’Orelsan à un certain Ademo de PNL. Dans son titre « Seul avec du monde autour », le rappeur narre en effet sa vie sans prise de tête avec sa famille. À l’issue du premier couplet, il raconte : «Soirée karaoké, je chante « Au DD », Ademo, c’est ma sœur».

Publicité

advertisement

Et aussi : le retour d’Orelsan ramène “Suicide social” en tendances

Orelsan : «J’habitais dans une ville de merde»

Une manière pour Orelsan de montrer lui-aussi son amour à PNL. Puis, également, d’illustrer le côté terriblement univers de PNL et de « Au DD », qui aura touché à peu près tout le monde, jusqu’à rejoindre des fameuses « soirées karaoké ». Sur Twitter, beaucoup d’internautes ont été surprises par la punchline, tellement orelsanesque. Et franchement, le «Ademo, c’est ma sœur» a de quoi surprendre et surtout faire rire dès la première écoute.

Publicité

advertisement

Et aussi : Orelsan signe son retour triomphal avec “L’odeur de l’essence”

« Seul avec du monde autour », sixième piste de l’opus, raconte la vie authentique et quotidienne d’Orelsan. L’artiste parle de tout : sa manière de travailler ses textes, ses rapports avec sa famille, avec toujours cette touche sincère et dérisoire. N’en déplaise au clip de « Au DD » qui met en scène la Dame de fer, le rappeur dresse d’ailleurs un portrait peu élogieux de la capitale : «J’habitais dans une ville de merde avec la tour Eiffel dedans
Où les gens sont tristes et pressés, où les gens pleurent en marchant».

Publicité

advertisement

Le refrain du morceau marque également un besoin d’évasion, que l’on capte lors du documentaire. Orelsan avoue s’être enfui de la capitale et de la France pour la rédaction de ce quatrième opus. On arrive ainsi à y décerner une tranche de vie, capturée sur l’instant, qui traverse ce nouvel album, toujours très inspiré de la vie réelle et de ce qui l’entoure.

Et aussi : Orelsan fêtera la sortie de “Civilisation” au stade de Caen ce samedi

Publicité

advertisement
Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *