Suivez-nous
PNL Stratégie innovation union PNL Stratégie innovation union

Grands Formats

Stratégie, innovation et union : la recette qui fait le succès de PNL

©️AnthonyGhnassia / VisionByAG

Publié

le

Lundi 18 mars 20 heures, le duo annonce officiellement la sortie de son nouveau single pour vendredi. En quelques minutes, plusieurs dizaines de milliers d’interactions et un buzz énorme pour une “simple” annonce. L’engouement que porte le public envers les deux frères est ahurissant, presque indéfinissable. Mais tout cela ne date pas d’hier.

Après l’immense succès de Dans la légende, il suffisait que PNL fasse une simple déclaration pour remuer la sphère web. Il y a un an, des théories aussi lunaires (c’est le cas de le dire) qu’invraisemblables émergeaient pour deviner la date sortie du quatrième opus du groupe. Des calculs farfelus qui essayaient de dénicher des probables indices laissés par Ademo et N.O.S, en fonction des soirs de pleine lune… Si les théories en tous genres sont désormais coutume dans l’univers musical (coucou Damso), il est vrai que pour PNL, l’exagération est poussée à l’extrême. Mais comment expliquer cette attente, ce fanatisme ? Pourquoi sommes nous tous (ou presque) demandeur de l’offre du groupe ? Cela s’explique par de multiples raisons, qui ne sont en aucun cas liées au hasard.

Un univers quasi cinématographique

Les aventures de leur père, de leurs clients (d’ailleurs il se fournit où maintenant VR ?), de nombreux personnages énigmatiques cités… PNL s’est créé un véritable univers. De la même façon qu’Eminem a pu le faire dans les années 2000 avec Kim, sa fille, sa mère, ses bourreaux… ce n’est plus seulement aux deux frères à qui l’on prête attention. A l’instar d’une série, on s’intéresse aux rôles principaux (ici Tarik et Nabil), mais également à leur entourage. D’un côté, la musique de PNL est très précise, elle nous implique. De l’autre, elle est mystérieuse et pudique, elle crée une véritable curiosité, donnant lieu à une sorte d’addiction, un souhait de vouloir connaître l’évolution de tous les protagonistes ou d’en découvrir un peu plus sur les sujets partiellement dévoilés. Nous sommes spectateurs du scénario que nous proposent N.O.S et Ademo, toujours en attente qu’une nouvelle saison débute pour en découvrir l’intrigue et le dénouement. La saga “Naha”, “Onizuka”, “Bené” “Jusqu’au dernier gramme” en est la parfaite illustration.

PNL, c’est tout un monde qu’il faut saisir, comprendre et absorber. Les personnages sont des éléments clés, tout comme les paroles, les mots. Grâce à tous ces composants, les oeuvres du duo font particulièrement appel à nos sens, à notre imagination. Les textes de Ademo et N.O.S se veulent très personnels, très imagés, bien plus qu’on peut le penser au premier abord. C’est notamment pour cette raison qu’il est assez difficile d’entrer dans l’univers des deux frères. Combien de personnes ont d’abord été sceptiques et réticentes sur l’oeuvre de PNL avant d’adhérer et de s’y plonger pleinement ?

A lire aussi: La musicalité des mots, le trait commun entre PNL, Arthur Rimbaud et Fabrice Luchini

Ce qu’il y a de particulièrement appréciable à noter également, c’est que le duo reste très fidèle, et emmène tout son monde avec lui. PNL a tourné ses premiers clips devant les caméras de Kamerameha et de Mess. Deux réalisateurs issus de Corbeil-Essonnes, comme les frères. Ils sont aujourd’hui toujours là. S’ils tournaient à l’iPhone auparavant avec très peu de moyens, eux aussi se sont améliorés, ont progressé, et sont désormais au côté du grand Karim Chapiron. C’est ce trio qui a réalisé “A l’Ammoniaque”. QLF Records en est aussi un bon exemple. PNL a signé dessus DTF, groupe originaire d’Ivry-sur-Seine (94), où Ademo et N.O.S ont vécu quelques temps, et MMZ, eux aussi natifs de la cité des Tarterets. Une loyauté et un leadership qui plaisent.

Une stratégie de la différence et de fédérateur

En 2008, à l’émergence de MySpace et autres réseaux sociaux, les normes ont changé. Pour être unique et se différencier, il fallait se sûr-exposer, se donner en public. C’est désormais la coutume pour tout le monde. La norme inhabituelle aujourd’hui est la discrétion, la pudeur. Il faut désormais se faire oublier, se faire absent afin de créer l’envie, l’engouement. A l’heure où tout le monde s’affiche quotidiennement, PNL demeure mystérieux et ne communique que très peu, et jamais dans les médias. Alors que le public est habitué à tout avoir trop rapidement et en surabondance, cette stratégie se place à contre-courant, ce qui fait naître chez les fans une envie encore plus vive, une exaltation démultipliée à chaque nouvelle apparition. C’est aussi une façon de toucher le public plus spontanée. La communication traditionnelle des artistes au public passe intrinsèquement par les médias. Or, le duo supprime littéralement cette variable, ce qui permet une communication directe, plus honnête, et renforce le lien entre les rappeurs et son public.

En effet, si le groupe se veut très réservé et est aux abonnés absents dans les médias, ils entretiennent une relation assez particulière avec leurs fans, qu’ils considèrent d’ailleurs comme la “famille”. Être QLF est désormais un style de vie. S’il est difficile maintenant d’interagir directement avec des millions de personnes, à l’époque de QLF ou Le monde chico, les frères n’ont jamais caché leur attachement pour leurs supporters, préférant partager des vidéos de leurs premières réactions plutôt que d’aller à un Planète Rap. Encore aujourd’hui, lorsque Ademo et N.O.S terminent la finalisation du disque comme il y a quelques semaines, ils postent un long message sur Instagram, comme s’ils devaient des explications, comme s’ils regrettaient de les avoir trahis par la longue attente. Ce post traduit la grande pression qu’ont dû subir les rappeurs, qui après s’être absentés pendant plus de deux ans et demi, ont sans doute la crainte de décevoir le public, plus que n’importe quels autres artistes.

Mais cette approche sincère et intimiste crée une réciprocité touchante. Si PNL fait tomber tous les records, c’est parce qu’il y a aussi un fervent désir du public à soutenir le duo dans sa quête. Un duo qui n’a jamais caché son ambition de briser les barrières. Le public se sent proche de ces artistes, qui restent simples et authentiques. C’est une sorte de voyage, d’accord implicite que les deux partis ont entrepris depuis maintenant quelques années. Avec le temps, la fan-base, la famille, s’élargit toujours plus, et le quatrième album devrait donc donner le vertige à plus d’un, avec de nouveaux exploits inédits.

De la qualité, et encore de la qualité

Et c’est bien là aussi la force du groupe. Ce dernier point est primordial. Du premier album QLF à Dans la légende en passant par Le monde chico, PNL a toujours su évoluer, en allant plus loin, en voulant toujours plus, en faisant mieux. Si certains peuvent regretter le côté assez brut des deux premiers opus, difficile de nier la qualité et le côté perfectionniste du troisième disque. Très peu d’albums peuvent se vanter d’avoir un mixage aussi minutieux, méticuleux, des productions soignées, quasi-parfaite, le tout complété par des mélodies bien senties de la part des frangins. Comme s’ils arrivaient mieux que personne à ne faire qu’un entre la musique et la voix. Ce succès de Dans la Légende, ils le doivent aussi à un ensemble de choix judicieux, comme celui de travailler avec Nk.F (TrackBastardz), véritable maître dans l’art du son, ou encore BBP, producteur signé chez QLF Records et désormais auteur de plusieurs prouesses pour Damso, Vald ou encore Dinos. Les deux frères n’ont rien inventé, mais ils font tout mieux que les autres.

Cette volonté de se renouveler se retrouve dans les deux derniers singles. “A l’Ammoniaque” et “91’s” sont ornés tous deux de prod’ peu orthodoxes, assez uniques et risquées. Difficile de connaître l’amour que portent Ademo et N.O.S pour la musique, de savoir leurs influences, mais le fait de multiplier, varier les sonorités et sortir de la zone de confort est respectable et offre un nouveau souffle à chaque nouvel album. Un renouvellement et un dépassement de soi qui attise une faim chez l’auditeur. Les visuels traduisent aussi cette tendance. Plus le temps passe, plus les clips sont travaillés, plus le duo est exigeant, et c’est tout une équipe qui se met au diapason pour rendre le meilleur résultat possible. Un travail visuel qui ne s’arrête pas là, et qui se poursuit durant les concerts, où PNL arbore des fonds de scène complètement hallucinants et sans limite, en corrélation avec leur musique planante. Et encore une fois, la recette fait mouche. Un monde cosmique parfaitement élaboré et très spectaculaire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Merci beaucoup Lyon c’était pas humain hier !!! 👽#PanamBientotOnPartSurNamek #Bercy21et22Novembre #QLF #QueLeWorld

Une publication partagée par PNL (@pnlmusic) le

Tous ces éléments devraient plus que jamais se retrouver avec la sortie du prochain opus. L’album aura la lourde tâche de confirmer, convaincre mais également impressionner. Tout cela passera par des prises de risque et par de l’innovation. Mais le groupe a déjà prouvé de quoi il était capable, et cette mission semble être faite pour eux. Grâce à leur univers riche et unique, leur stratégie innovante, leur relation intime avec le public et la qualité de leurs oeuvres, PNL s’est construit une légende. Une légende dorénavant gravée dans l’histoire du rap français, à laquelle devrait s’ajouter un nouveau chapitre très bientôt.

À voir aussi :