Suivez-nous
Eminem Stay Wide Awake Eminem Stay Wide Awake

Grands Formats

Pourquoi « Stay Wide Awake » d’Eminem est une oeuvre exceptionnelle

Publié

le

« Stay Wide Awake », de l’album Relapse, est un morceau relativement sous-estimé de la discographie d’Eminem. Voyons ce qui en fait une chanson exceptionnelle.

Lorsque l’on commence à s’intéresser à un mouvement artistique, plusieurs œuvres nous aident à forger notre connaissance. Ces compositions, si particulières au moment où on les découvre, nous font réaliser ce qui nous plait dans cet art et nous permettent de repousser les limites de ce qu’on peut en attendre. Elles font alors office de clé de voûte dans notre passion dans ce domaine. Pour ma part, en 2009, j’étais encore en pleine découverte du rap US. « Stay Wide Awake » a été un élément essentiel dans ce qui explique aujourd’hui ce que j’attends d’un morceau. Je vais donc explorer, sous plusieurs catégories, ce qui fait de ce morceau une œuvre exceptionnelle.

Les schémas de rimes

La maîtrise des rimes d’Eminem est un fait qui est connu au-delà de la sphère du rap. Peu ou aucun rappeur avant lui n’avait une telle maîtrise des mots, les assemblant afin de construire des ensembles de rimes qui forment un puzzle dans ses couplets. Là où la plupart des interprètes se content de faire en sorte que leurs lignes finissent par une syllabe identique ou quasi-identique, il manie chaque son afin de multiplier les allitérations et assonances au sein de ses vers. Mais dans « Stay Wide Awake », le coup de maître est encore plus technique. Eminem n’hésite pas à emmêler ses rimes en mélangeant plusieurs schémas au sein d’un même couplet. Prenons comme exemple le troisième couplet. On voit que les rimes (qui jouent sur la sonorité des voyelles sans tenir compte des consonnes) suivent deux logiques : on a tout d’abord celle basée sur les sons des trois syllabes de try to stay, puis celle qui se base sur les deux syllabes de Now I :

Publicité

Better try to stay wide awake / Or you might end up found dead by the lake / Soon as you lay me down to sleep / It’s your soul I’mma try to take / Pray for light of day right away / Why do they try to fight today? / I must make them pay twice as much / Might as well put the knife away Now I use power tools, how ’bout now? / Are you in the shower? / Scour you for 6 hours / ‘Til outage of power outlets / How did you figure out / I was down in your basement now, ya / Must’ve just heard the sound / Of my stomach growling from down there / Prowler, there’s no one fouler / Bound ya, that’s how they found ya / Face down in the tub I drown ya / With piles of downers around ya / Such nostalgia and power / Such prowess / Look how you cower / Jump out on you now / Like I was a Jawa from fucking Star Wars

C’est ici que l’on voit la vraie force du rap d’Eminem dans cette chanson. Le texte ne sert pas qu’à raconter une histoire par dessus l’instrumentale. En jouant avec les sons, la voix devient un instrument, les syllabes et sonorités deviennent des notes qui reviennent à rythme régulier dans le couplet. La prestation sur le deuxième couplet est encore plus impressionnante :

En écoutant le refrain, on voit d’ailleurs qu’il y installe déjà un schéma de rime :

Publicité

Soon as my flow starts / I compose art like the ghost of Mozart / Even though they all say that they’re real / I know that most aren’t Boy, you think you’re clever, don’t ya? / Girl, you think you’re so smart

Le flow

Cette partie-là est directement en lien avec ce que l’on vient de voir précédemment. Nous savons qu’une grande force de son texte dans « Stay Wide Awake » est la manière dont il a joué sur les sonorités, plus particulièrement les assonances. Or, il a réussi à mettre sa voix au service de cette approche grâce à son interprétation.

En effet, lorsque l’on écoute le premier couplet, sa voix est comme un instrument qui tantôt se colle à la mélodie, tantôt joue sa propre partition. Ses lignes ne sont pas forcément régulières, il accélère son flow dans une phrase de manière relativement fréquente. Sa voix reste par contre généralement à la même hauteur.

Publicité

Le deuxième couplet est très différent. Le rythme est très régulier : les paroles sont débitées à un rythme bien établi, avec de très rares accélérations. Quant à sa voix, elle est aigüe au début de chaque ligne, puis devient plus grave lors des dernières syllabes, qui sont également plus allongées. Cela sert son écriture : le deuxième couplet est celui où le schéma de rimes est le plus travaillé. Cette manière quasi-robotique et très régulière de rapper permet de souligner les sons qui se répètent. Le fait de rendre les dernières syllabes plus lentes permet de mettre en avant les rimes « principales » qui concluent chaque ligne.

Un flow encore différent est apporté avec le couplet final. Comme nous l’avons vu, il utilise ici des schémas de rime avec 2 à 3 syllabes. Sa manière de rapper est beaucoup plus lente et moins régulière. Effectivement, étant donné qu’il utilise quelques sonorités principales qu’il répète parfois plusieurs fois au sein d’une même ligne, il ralentit son débit de paroles lorsqu’il arrive à ces syllabes. Cette manière de rapper nous permet d’entendre de manière intuitive le même schéma répété des dizaines de fois dans un couplet. Il installe un rythme tout à fait nouveau dans ce couplet par rapport aux précédents, qui ne suit pas simplement les mesures, mais s’articule autour de ses assonances.

L’instrumentale 

La partie instrumentale de « Stay Wide Awake » est relativement simple mais sert très bien le propos global. Les notes sont graves et longues, la guitare et la basse sont très insistantes sur le refrain et lorsqu’elles interviennent au sein d’un couplet pour souligner une montée en puissance. Pour le reste, les percussions sont très régulières, comme des battements de cœur qui accompagnent la narration du psychopathe qui nous récite son histoire dans ces couplets.

Publicité

La sobriété de cette musicalité, en plus de participer à l’atmosphère générale par sa régularité, sa mesure et sa capacité à prendre son temps, permet de mettre efficacement en avant quelques sonorités. La tronçonneuse qui démarre vers 01:30 permet de nous immerger dans l’histoire, au moment où on suit les traces du narrateur qui nous raconte la cruauté dont il fait preuve envers sa victime. De plus, le changement d’instrumentale à 03:40 permet de faire la transition entre les deux schémas de rime que l’on a analysés précédemment.

Le sujet

Kidnapping, viol, meurtre… Ce morceau est du Slim Shady en pleine puissance, qui nous montre en 2009 qu’il ne s’est absolument pas assagi. Les critiques vont alors toujours bon train par rapport à ce genre de propos, les condamnant comme des incitations à la haine et des paroles misogynes. Néanmoins, il faut avoir un différent angle de lecture pour apprécier à sa juste valeur cette chanson.

Pour simplifier un peu les choses, Eminem est un peu le Stephen King du rap. En quelques minutes, il nous peint un tableau, une scène, qui se démarque par son horreur et son ambiance particulière. Ses propos, aussi insoutenables soient-ils, servent à construire l’atmosphère générale du morceau, et tous ces détails sordides sont autant de couleurs qu’il apporte à la pièce.

Et refuser l’horreur au rap, c’est rejeter toute une forme d’art. Tout comme lorsque l’on lit un roman, lorsque l’on écoute un morceau de rap, on peut y trouver de l’amour, de l’espoir, de l’humour, de la tristesse, de l’horreur. Ce sont autant de manières différentes d’aborder une même forme d’expression. La forme sert alors le fond afin de créer un morceau cohérent et qui sait transmettre une émotion à son auditeur. Et c’est peu de dire que le tour est réussi avec « Stay Wide Awake ».

« Stay Wide Awake » est donc un morceau qui se rapproche de la perfection dans ce qu’il essaye de faire. Tant le flow que la voix, tant les rimes que le storytelling, tout sert la finalité qu’il essaye d’atteindre. La cohérence entre tous ces éléments appuie tant la technicité du rap que le propos qui y est tenu, et une fois que l’on entend les premières secondes de la chanson, on est directement happés dans cet imaginaire où Eminem nous entraîne. Voilà ce qui fait de « Stay Wide Awake » un morceau si important dans le rap US.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *