Suivez-nous

Musique

WarEnd et Coelho racontent les sélections de “Nouvelle école” : «J’ai regardé la saison 1 pour m’informer»

Publié

le

warend coelho

Au cours d’un podcast Mayr Radio présenté par Coelho, WarEnd et le finaliste de “Nouvelle École” reviennent sur les coulisses de leur arrivée dans l’émission.

Dans un podcast Mayr Radio enregistré avant la sortie de l’émission sur Netflix (précisément le jour de la bande-annonce) Coelho accompagné de Loko et Otelo, a invité WarEnd pour discuter de leur expérience à “Nouvelle École”. L’occasion pour ces deux candidats de revenir sur les coulisses de leur entrée dans l’émission. De la prise de contact avec les futurs participants à l’arrivée des 26 candidats sélectionnés à Paris, ils partagent les étapes que vous n’avez pas eu l’occasion de voir à l’écran.

WarEnd : «Ça a commencé sur Insta»

Première étape : la phase de recrutement d’une partie des candidats. Dans le podcast WarEnd partage son expérience qui «a commencé sur insta». Alors qu’il est en train de travailler en tant que «semi chef d’équipe dans un Carrefour City à Toulouse» explique le rappeur, ce dernier réceptionne un DM.  Comme il le raconte, après une première «relance» WarEnd décide de s’y intéresser avec précaution : «Avant de vraiment donner une réponse je regarde la saison 1 pour m’informer».

Publicité

C’est finalement après s’être assuré qu’il pouvait s’y rendre avec son «univers» à l’image de B.B Jacques, que ce dernier finit par répondre positivement à la proposition. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, au-delà des appels à candidatures, une part des candidats est donc dénichée sur les réseaux sociaux. Une séléction réalisée sûrement en fonction de contenus musicaux déjà mis en avant par l’artiste.

On comprend par une rapide mention de WarEnd, que s’en suit «les étapes» que tout le monde a passé «en terme de tout ce qui est juridique». Pour lui, arrive ensuite «le 8 septembre à Marseille» explique-t-il afin de passer «l’audition devant le S». «Je ne l’aie pas vu tout de suite parce qu’il y a toute une préparation, on a fait mon portrait» confie le candidat. Une journée qui «a commencé comme ça de 8h à 12h/13h», suivie selon son récit de «une heure de vanne jusqu’au lieu» où il a encore dû attendre jusqu’à son passage devant SCH. C’est donc un programme bien chargé que l’émission réserve aux participants, où les étapes s’enchaînent quasi sans pauses.

Coelho : «On se retrouve tous dans cet hôtel à 26»

Après ces étapes de recrutement et d’audition pour les candidats qui passent par là, vient l’arrivée à Paris. «On arrive le 28 septembre à un hôtel pas loin du lieu de tournage» partage Coelho. L’occasion pour eux de faire des premières rencontres : «J’étais venu avec Vadek mais au final la première personne que je croise dans l’hôtel c’est WarEnd» raconte le rappeur. Il explique également que «c’était marrant parceque tout de suite ça rend les choses réelles». En effet, à ce moment les candidats se regroupent «tous dans cet hôtel à 26» provoquant «un esprit de compétition» chez tous les participants confie le futur finaliste.

Coelho raconte : «Moi j’ai un souvenir de cette nuit-là, je me suis dit qu’il ne fallait pas avoir réservé une chambre dans cet hôtel, parce que vraiment, on était sur plusieurs étages, et il y avait 26 chambres où des gars s’entraînaient sur leur couplet. Moi j’entendais au-dessus que ça rappait. Y’a eu un cypher dans une des chambres et du coup je me disais : “Mais le bourbier pour les gens qui viennent”». 

Publicité

Le présentateur du podcast se décrivant comme «timide et introverti» partage également son point de vue concernant le «côté social» de cette expérience. «T’arrives là-dedans et il faut qu’il y ait du contact, qu’il se passe quelque chose à l’écran et du coup ça force à aller parler» confie-t-il. En effet bien que le principal reste la compétition, il y a aussi tout un espace relationnel qui semble se créer autour. Une partie de l’émission qui se perçoit quelque peu à l’écran mais pas autant que l’exprime le Nantais. En particulier au cours des «heures à attendre» qui obligent selon lui, les candidats à socialiser.

WarEnd : «Humainement les gens se rendent pas compte»

Du point de vue du ressenti, les deux candidats expriment leur état d’esprit au moment de l’arrivée dans “Nouvelle École”. «Humainement les gens se rendent pas compte mais quand tu arrives dans ce genre d’émission tu as toute ta vie perso où tu es en train de cravacher» confie-t-il en s’appuyant sur son propre exemple séparé entre travail et musique. Une fatigue qui se mélange à des conditions décrites comme «stressantes» par l’un de ceux accompagnant Coelho. «On te dit qu’il faut que tu ne vois rien, tu es dans un van» énumère ce dernier en s’appuyant sur le récit de WarEnd.

Un constat confirmé par Coelho : «La présélection c’est vraiment un stress supplémentaire gratuit pour te faire arriver au même point que les autres». Pour autant, lui qui n’a pas vécu cette expérience confie tout de même la «fatigue» et le «stress» de sa première épreuve qu’il décrit comme «le vrai contact avec l’émission, le moment où ça devient vraiment vrai». «Plus t’attends, plus le stress monte, la fatigue arrive tu n’en peux plus, tu vois les gens qui partent, les gens qui restent» partage ce dernier. Une compétition qui au-delà de l’enrichissement qu’elle peut représenter pour de jeunes rappeurs est également un moment épuisant d’un point de vue physique et mental. Une réalité que l’écran a tendance à effacer et que les deux candidats ont tenu à partager.

Publicité

Dans le reste de l’actualité, Rim’K donne son avis sur “Nouvelle École”

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *