Suivez-nous

Musique

13’Organisé : l’histoire du groupe WhatsApp pour choisir la prod de “Je suis Marseille”

Publié

le

13'organisé je suis marseille

Alors qu’elle fait la promotion de son projet à travers plusieurs lives avec Deezer, la troupe de 13’organisé s’est souvenue des galères pour choisir la production de “Je suis Marseille”. 

Un classique ou rien, c’est un peu le mantra qui a animé la création de “Je suis Marseille”. Conclusion charismatique de l’album 13’organisé et disposant d’un casting cinq étoiles, avec notamment la participation d’Akhenaton et Shurik’n, il était indispensable que le morceau marque les esprits. À l’occasion de leur deuxième journée de live auprès de Deezer, les membres du titre se sont réunis afin d’évoquer l’un de ses enjeux fondamental : l’instrumentale. «Ils ont inventé le rap français !, sourit Alonzo en évoquant les membres d’IAM. Donc voilà : ils crachent du feu, sur quoi on pose ?». 

Alonzo dans 13’organisé : «Je trouve que le beat est intemporel»

L’Algérino évoque l’existence d’un groupe WhatsApp chargé de définir quelle production accueillera les différents invités. «On a tourné pendant longtemps, tous ensemble, pour trouver une instru qui plaise à tout le monde», se souvient Akhenaton. S’avouant particulièrement intransigeant sur les choix de production, il reconnaît avoir envoyé quelques fichiers avant que tout le monde s’accorde pour revisiter un titre d’IAM. «Je pense que c’était bien d’éviter “Petit frère”, “Nés sous la même étoile”, “Demain c’est loin”, les instrus classiques de premier ordre», poursuit-il avant, finalement, d’évoquer “Marseille la nuit”.

«Je trouve que le beat est intemporel, reprend Alonzo. Et on l’a très vite vu, parce que tout le monde était très à l’aise.» Le membre de la Psy4 de la rime trouve que “Je suis Marseille” dégage une âme singulière grâce à son refrain, interprété par Fahar. Une courte mélodie, surplombée d’auto-tune, qui fait sourire les membres d’IAM, peu adeptes des voix modifiées. «Je l’ai déjà fait dans leur dernier album et dans le studio où on enregistrait, il n’y avait carrément pas le plug-in auto-tune !», s’amuse Alonzo. Finalement, interpellés sur une éventuelle utilisation de l’auto-tune après 13’organisé, Akhenaton et Shurik’n balayent en touche. «Je ne sais même pas si la machine supportera ma voix», conclut Shurik’n. Et c’est peut-être mieux comme ça.

Publicité

Dans le reste de l’actualité, au Z Event, Mister MV pète les scores avec Vald et Mister V

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *