Suivez-nous

Culture

Bénéfices, date, assurances : ça avance doucement pour le combat Booba vs Kaaris

Publié

le

Bénéfices, date, assurances : ça avance doucement pour le combat Booba vs Kaaris
Photo : Fifou / Universal Music

Il ne se passe pas un jour sans un rebondissement dans l’affaire du combat Booba – Kaaris. Et une fois de plus c’est via le compte Instagram du Duc que l’on apprend de nouveaux détails sur l’organisation du combat.

« Je suis prêt à le prendre sur un ring en boxe thaï ou boxe anglaise en 10 rounds. Gants de boxe ou de MMA au choix. » Booba n’a franchement pas passé un Noël comme les autres en défiant, le 25 son meilleur ennemi sur son compte Instagram. La provocation a fait mouche et après un échange de posts virulents sur les réseaux, la confrontation se disperse à l’heure d’organiser le combat. Car oui, tristement, tout n’est pas aussi facile que deux-trois vidéos Instagram : il faut maintenant rédiger un vrai contrat d’engagement entre les deux artistes. Et pour cela, les équipes de Booba et de Kaaris ont dû s’entretenir par téléphone pour se mettre d’accord. Entretien que le DUC a partagé sur les réseaux.

Publicité

publicite_gif_dour

« Est-ce que Kaaris est vraiment intéressé pour faire le combat ? Bah bien sûr »

C’est dans cet échange téléphonique que nous en apprenons plus sur les conditions de ce combat. Tout d’abord sur les bénéfices, Booba a proposé de faire 50-50 avec Kaaris, ce que ce dernier a accepté. On apprend également que des compagnies d’assurance ont été contactées pour assurer l’événement. Niveau planning, la date initiale du 20 avril n’était qu’une date balancée au hasard mais les équipes des deux artistes souhaitent fixer le combat début avril car Kaaris sera en Côte d’Ivoire entre mi et fin avril. Cependant, nous n’avons toujours pas d’informations exactes sur le lieu du combat. À noter également que Cyril Hanouna n’a jamais été mentionné dans cette vidéo, il avait pourtant annoncé sur Twitter vouloir prendre part dans l’organisation du combat.

À lire aussi : Le joyeux bordel du rap français en 2018