Suivez-nous

Musique

Bigflo & Oli : comment ont-ils tout cassé avec les précommandes de leur nouvel album ?

Publié

le

bigflo oli

Ce lundi, Bigflo & Oli ont annoncé les précommandes de leur nouvel album. À l’aide d’un concept original, ils ont déjà écoulé 10.000 exemplaires. 

Ils avaient déjà franchi le million de vues en 24 heures, quelques semaines plus tôt, avec leur nouveau clip « Sacré bordel ». Et désormais, à l’heure d’ouvrir les précommandes de leur nouvel album, ce lundi, les deux frangins ont de nouveau cassé la baraque. En une petite journée encore, ils ont cumulé plus de 10.000 précommandes, et les chiffres devraient grimper tout au long de la semaine. Cette donnée étourdissante, Bigflo et Oli la doivent à un concept original, laissant à leurs auditeurs le choix d’imaginer et d’acheter leur propre album.

En fait, le duo toulousain a ouvert un site intitulé sobrement « leprochainalbum« . C’est sur celui-ci qu’est disponible la plateforme de précommande. Mais c’est à l’utilisateur de concevoir l’opus qu’il souhaite recevoir dans sa boîte aux lettres, il a le choix entre quatre pochettes et trois titres différents. Au total, donc, douze combinaisons sont possibles, et la plus choisie d’entre elles deviendra la version officielle, sur les plateformes streaming et en physique hors précommandes. Pour l’heure, c’est le titre Les autres c’est nous qui est privilégié, attaché à la pochette où les deux frères posent pour un tableau. La combinaison a été choisie à 23.9%.

Publicité

Et aussi : Orelsan ému sur scène après la superbe surprise de ses fans à son concert à Caen

Bigflo et Oli : le pouvoir de la communauté

Avec ce concept, Bigflo et Oli capitalisent sur ce qui marchent au sein de la sphère rap ces derniers temps. D’abord, les D2C, cette stratégie d’achat direct entre l’artiste et son fan, sans passer par une boutique tiers. Puis, un peu à l’image d’Orelsan auparavant, la volonté de rendre l’objet physique cher, en le parant d’un aspect unique. L’auteur de Civilisation avait opté pour une sorte de chasse au trésor aléatoire avec ces rondelles de CD, pour les deux frères, on est plus dans l’aspect créatif, où chacun va chercher à trouver la combinaison qui lui correspond le plus.

Publicité

Et aussi : la Tour Eiffel s’est-elle illuminée aux couleurs de PNL ? 

En plus de ça, l’idée n’est disponible que sept jours, et somme donc sa communauté de faire preuve d’une certaine impulsivité sur les achats. Ce principe d’expiration rapide est également une sensation récurrente chez les fans de rap : l’achat ne peut être repoussé par peur d’indisponibilité. Aussi, et une nouvelle fois à l’instar d’Orelsan, chaque fan est susceptible d’acheter plusieurs disques, puisqu’ils ont chacun une certaine unicité. Ce principe de partage et de donner à leur communauté un pouvoir direct sur la direction artistique, caractérise Bigflo et Oli, qui ont trouvé la bonne inspiration à l’approche de leur nouveau projet.

Publicité

Enfin, techniquement, l’idée s’expose tout de même à différentes questions. D’abord dans la production physique, puisqu’une fois les précommandes bouclées, il va falloir presser et concevoir l’exact nombre d’albums requis pour chaque combinaison. Puis, quid des comptabilisations ventes, alors que l’opus aura factuellement trois noms différents ? Tout un tas de questions qui s’ouvrent au rythme d’une originalité pertinente, qui repousse une nouvelle fois les codes traditionnelles de vente. Avec 10.000 précommandes en 24 heures, Bigflo et Oli vont probablement compter parmi les plus gros démarrages de l’année. Et aussi : Oli répond aux critiques sur “Sacré bordel” : «Je trouve ça intéressant»

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *