Suivez-nous

Musique

Columbine sort la réédition “Adieu, au revoir “, et l’incarne parfaitement dans un nouveau clip

Publié

le

Columbine-clip-cest-pas-grave
DR

La réédition Adieu bientôt de Columbine est sortie ce 19 avril en même temps que le clip de “C’est Pas Grave”, et elle est à la hauteur du disque d’or qu’elle vient compléter .

Ils avaient décalé la sortie de leur album pour écouter PNL, mais l’heure est venue. C’est le grand retour des enfants terribles du rap français, après seulement quelques mois d’absence. Les vingt titres de leur dernier album Adieu bientôt sorti fin septembre 2018, et certifié disque d’or en très peu de temps n’a pas suffi au collectif rennais, qui a décidé de le rééditer en y ajoutant dix nouveaux morceaux. Dix morceaux où Lujipeka et Foda C se partagent la lumière, en solo ou en duo, sans avoir perdu la formule qui a fait leur succès. Un riche mélange des sonorités encore au rendez-vous, sans peur d’expérimenter, appuyant une force lyricale qui joue sur une fine ambiguïté entre malice et mélancolie. Un rap bien à eux, et pourtant emblématique du réalisme de toute une génération.

 « L’humeur du rap actuel, c’est une musique triste qui fait danser »

Tout au long des dix morceaux sortis aujourd’hui pour Adieu, au revoir, c’est toujours ce spleen entraînant mais insouciant qui continue à faire la force de Columbine. Comme ils le confiaient à Libération il y a quelques jours de cela : « L’humeur du rap actuel, c’est une musique triste qui fait danser ». Et c’est exactement la sensation qu’on a en visionnant le clip du premier single de “C’est Pas Grave”, sorti au même moment que la réédition. Tout est dans le titre. Les deux rappeurs restent impassibles dans une maison dévorée par les flammes, insouciants face au déluge, métaphores d’un monde en ruines, à l’abandon, car au fond, rien n’est grave. Le “bonheur ne montrera jamais, jamais son vrai visage”, mais s’incarnera d’un millier de façons différentes, jusqu’à cette espérance d’une fin joyeuse incarnée par ce corbillard où le collectif esquisse quelques pas de danse. Un message d’insouciance et d’espoir, au cœur d’un morceau diablement efficace où les voix des deux rappeurs sont parfaitement maîtrises, et la prod’ de Seezy diablement efficiente.

À LIRE
Tout va bien pour Django qui plie l'instru' sur "Fantômes"