Suivez-nous
On a parlé avec l'artiste qui imagine des covers de rappeurs français On a parlé avec l'artiste qui imagine des covers de rappeurs français

Culture

On a parlé avec l’artiste qui imagine des covers de rappeurs français

Instagram : @mathieubdt

Publié

le

Mathieu Boudot a 21 ans et est encore étudiant. Pourtant dans son temps libre, il est l’un des graphistes français les plus talentueux d’Instagram. Rencontre avec cet adepte de rap et d’illustration.

Il a été repéré après son interprétation de la pochette de l’album “Deux Frères” de PNL. Toutefois, ce dessinateur passionné n’en est pas à son coup d’essai : Damso, Nekfeu, Alpha Wann, Vald, Lomepal ou encore Hamza ont été imaginé sur son ordinateur… Sa particularité ? Il élabore des covers fictives d’artistes qu’il affectionne tout particulièrement et se réapproprie leurs visuels les plus célèbres. Parfois même, il pousse le vice encore plus loin en imprimant ses créations et en les plaçant sur des pochettes de véritables CDs.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Deux frères | pochette alternative @pnlmusic @pnl_nos @ademoofficiel

Une publication partagée par Mathieu (@mathieubdt) le

Entre rêve et imagination, Mathieu Boudot invente de nouvelles pochettes pour ses rappeurs favoris

Doté d’une grande imagination, Mathieu suit cette voie depuis près deux ans, moment à partir duquel il a décidé de se lancer sur les logiciels de création graphique. Lui aussi admiratif des nombreux fanarts rap présents sur la toile, il a décidé de se lancer avec une illustration de Mister V. Par chance, dit-il, le rappeur et vidéaste a réagi a sa publication, ce qui lui a permis de “prendre conscience que les réseaux sociaux pouvaient (lui) apporter quelque chose de sérieux”.

Et s’il a d’abord choisi de s’orienter vers des dessins de rappeurs, c’est parce que le genre musical lui a toujours plu, bien qu’il affirme “ne pas être un grand expert”. Ce qu’il aime le plus dans le hip-hop donc, “c’est la proximité des artistes avec leur public”, proximité qu’il retrouve chaque fois qu’il publie un nouveau dessin, entre commentaires de fans et éloges de MCs. S’il lui a fallu du temps pour trouver son style parmi les nombreux graphistes présents sur Instagram, il estime aujourd’hui que son travail ressemble à s’y méprendre à “de la peinture numérique”.

Alors oui, il n’oublie pas de rappeler que ce choix esthétique lui prend pas mal de temps, lui qui raconte avoir passé “une bonne quinzaine d’heures sur la pochette fictive de PNL“. Loin d’être dérangé par le temps qu’il consacre à ce hobby, Mathieu explique au contraire qu’il aime “prendre le temps de dessiner”. En revanche, encore étudiant, il ne s’adonne à ce passe-temps que certains soirs et les week-ends, faute de plus.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Illustration | « Damso Est parti vivre un peu » | @thedamso Inspiré par Ignorantum de Wizyou | @bouherrour #vivreunpeu

Une publication partagée par Mathieu (@mathieubdt) le

Un passionné lucide

Toutefois, bien que cela représente “l’une de ses occupations principales en dehors des cours”, le jeune artiste garde les pieds sur Terre, encore convaincu que son succès sur les réseaux sociaux n’est dû qu’à de la chance. Ainsi il nous disait : “Je suis reconnaissant que quelques artistes que j’apprécie aient pu partager et donner leurs avis sur mes dessins. Par exemple, Sofiane a reposté mon illustration sur son Insta’, j’ai trouvé ça ouf ! Après, je reste conscient qu’il faut tout de même prendre du recul et ne pas oublier que ce n’est que du virtuel. Toutefois, tous ces commentaires me motivent vraiment, même si j’aimerais aujourd’hui mettre la barre un peu plus haute en réalisant des projets concrets”. Mathieu souhaite d’abord finir ses études avant de penser davantage à cette passion qui l’anime, inquiet du caractère éphémère de sa notoriété grandissante sur les réseaux sociaux.

Cependant, cela ne l’empêche pas de rêver, lui qui s’imagine déjà réaliser d’autres illustrations axées sur le monde du sport et du YouTube game. Ainsi, il ne compte pas s’arrêter sur sa lancée et “espère travailler un jour avec des artistes (qu’il) écoute depuis toujours”. Il nous confie alors ce qui représenterait pour lui la consécration ultime : “Taffer sur une pochette d’album, regarder en arrière puis réaliser son évolution, de simple amateur de rap à réalisateur de covers”. 

À lire aussi : On a rencontré l’artiste qui féminise les albums de rap

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Fianso Empereur. Blankok Museum @affranchis.music @fiansolevrai

Une publication partagée par Mathieu (@mathieubdt) le