Suivez-nous

Musique

Damso et Ninho : et si ça n’avait pas fonctionné ?

Publié

le

ninho damso

Malgré leur disque d’or, Damso et Ninho ont rendu une copie contrastée de leur collaboration, “Promo”. Certains avouent le titre oubliable, quand d’autres se félicitent qu’ils ne soient pas tomber dans la zumba. Mais au final, qu’en retenir ? 

Ils font partis du très fin cercle des plus gros vendeurs francophones. D’un côté, Damso. Le mastodonte belge, jouant au chat et à la souris pour son album QALF, rarissime sur les plate-formes d’écoute, mais toujours pertinent quand on lui demande de venir poser un couplet. De l’autre, Ninho. Recordman de certifications en France, ayant collaboré avec la quasi totalité du rap game, laissant toujours une épaisse trace de poudre derrière lui à chaque feat. Bref, une affiche de rêve, qu’on aurait déjà presque oublié quelques semaines seulement après la sortie du titre. La faute à une collaboration en demi-teinte. Mais pourquoi ?

Ninho et Damso : où est le kickage ?

Parlons quand même chiffre. Car, lorsque l’on dit de “demi-teinte”, on évoque quand même un disque d’or en même pas deux mois. C’est plutôt le fond qui pose problème. Sondés par Interlude, la plupart des fans s’avouent déçus de la collaboration. Certains la jugent bonne, sans plus, quand d’autres reconnaissent même ne l’avoir jamais réécouté depuis la sortie de la mixtape, en mars. D’ailleurs, les streams le montrent bien : les fans ont été attirés par l’effet de surprise et le titre a été massivement streamé les premiers jours. Avant d’être supplanté par le succès phénoménal de “Lettre à une femme” et “Zipette”.

Mais qu’est-ce qui ne fonctionne pas ? Le thème du morceau est plutôt original, les couplets sont bons, le refrain réussi. Mais : mouarf. Peut-être est-ce dû au terrain pas forcément adéquat de la collaboration ? En effet, les deux artistes étaient ouvert à deux perspectives : plier une énorme instrumentale dans une démonstration de kickage ou viser la première place du SNEP les 30 premières semaines avec une zumba sympathique, à l’image de Maes et Ninho quelques semaines auparavant sur “Distant”. Mais au lieu de ça, ils se sont retrouvés sur une ambiance plus modérée, plus mélancolique.

Et aussi : on a parlé avec Le Règlement de l’influence de ses vidéos

“Promo” jugé trop sobre

Survient alors une autre question : les rencontres de haut vol entre deux artistes peuvent-elles réellement la place à des ambiances plus sobres comme “Promo” ? Sur le même projet, Ninho a également fait appel à Heuss l’Enfoiré, dans une collaboration au casting orné de certifications, mais finalement complètement passé aux oubliettes. Parce que les deux artistes, refusant de se risquer à une nouvelle zumba, ont opté pour un morceau à la thématique moins affirmée. Le titre est bon, mais ne retient pas suffisamment l’attention.

On pourrait alors arriver à la même conclusion entre Damso et Ninho : avec une collaboration entre deux mastodontes, les fans ont forcément des attentes, et des espérances. Ils veulent que les deux artistes déploient le meilleur d’eux-mêmes. En se fixant des limites, posées à travers une thématique, les deux artistes exploitent avec parcimonie leurs univers respectifs, au coeur d’une collaboration en demi-teinte. Et ces rencontres exceptionnelles et inédites doivent revêtir un caractère épic et inoubliable. Comme “Rêves bizarres”, comme “Tricheurs”, comme “De l’autre côté”, avant “Promo”. Certainement que les deux artistes nous offriront un deuxième round, qu’on espère plus explosif, plus entraînant. Bref, plus épic.

Dans le reste de l’actualité, on a parlé avec le gagnant qui réalise la cover de “La machine” de Jul

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *