Suivez-nous
le règlement vidéo le règlement vidéo

Grands Formats

On a parlé avec Le Règlement de l’influence de ses vidéos

Publié

le

Porte étendard d’un rap français en manque d’analyses, Le Règlement est devenu un vecteur d’influence notable pour les artistes profitant de ses vidéos.

Il est désormais un composant naturel du paysage hip-hop français. Fort d’une communauté de 800 000 abonnés, respectant avec soin un dogme qu’il allonge vidéo après vidéo, Le Règlement a largement dépassé les sobres analyses dans lesquelles il s’était initialement lancé. Derrière sa force d’autopsie artistique et ses habits roses, le vidéaste est devenu un média crédible, cohérent et respecté. Et bénéficiant, surtout, d’une exposition redoutable qu’il maîtrise habilement.

«Je me rappelle avoir entendu une discussion dans un kebab entre deux mecs qui ne parlaient que d’Alpha Wann et Freeze Corleone, les sujets de mes deux dernières vidéos, alors qu’il n’y avait pas vraiment de rapport à la base entre les 2 rappeurs ni d’actu chaude pour eux, explique-t-il. Ils reprenaient des bouts de mes analyses pour argumenter et j’ai réalisé que mes vidéos avaient un vrai impact sur les débats de certains passionnés.»

Les écoutes de Népal boostées jusqu’à 1000%

Car désormais, il y a les vidéos et ce qui en découle. Une fois la sauce cheddar digérée, de plus en plus de spectateurs se ruent sur les plateformes d’écoute à la découverte d’artistes inédits ou méconnus. Dernièrement, Népal s’est retrouvé en tendances Twitter après la sortie de l’analyse La vision de Népal. Une plongée au coeur d’un rappeur au destin tragique et de son posthume Adios Bahamas. 

Visionnée près de 430 000 fois, la vidéo a eu un impact majeur sur les ventes de Népal. Comme le relaye le média spécialisé Rapsodie, le jour de la publication de l’analyse, les streams de l’artiste sur Spotify ont doublé, avant de quadrupler le lendemain. Les streams de l’introduction de l’album, “Opening” ont été multipliés par 11 au lendemain de la vidéo. Même constat pour le titre “Millionnaire”, et un nombre d’écoutes multiplié par 8. De manière générale, l’intégralité des titres de Népal ont bénéficié d’une mise en avant significative : une semaine après sa sortie, la plupart des morceaux sont encore streamés entre deux et quatre fois plus qu’avant la release de l’analyse.

Et aussi : “Trajectoire”, le bijou de Népal

Le Règlement : «Il ne faut pas surestimer mon influence»

L’exemple récent de Népal n’est en rien une exception : Laylow et Alpha Wann ont également bénéficié d’une mise en avant notable de la part du vidéaste. L’analyse de Trinity, publiée un mois après la sortie de l’album, a permis à Laylow de voir son nombre de streams généreusement augmenter, comme l’a lui-même constaté Le Règlement sur sa page Twitter. Preuve de la pertinence de la vidéo, qui permet de décortiquer en profondeur l’univers complexe d’un artiste méritant.

Même chose pour Alpha Wann. Comme le relaye un screen du Spotify Artist du rappeur, un premier pic est relevé à la sortie de l’album UMLA, puis, un deuxième, quasi équivalent à la sortie de l’album, correspond à l’analyse du Règlement, sortie deux mois après l’album. Avec ses 1,2 millions de vues, la vidéo se révèle quasi aussi pertinente que les clips proposés par l’artiste lui-même.

Une promotion efficace que Le Règlement préfère tempérer. «Après, il ne faut pas surestimer mon “influence”, si les gens parlent des rappeurs, c’est avant tout parce qu’ils kiffent ce qu’ils font.» Et c’est justement tout le charme : s’exilant volontiers des mastodontes commerciaux du milieu, le vidéaste permet l’exposition d’opus moins bankables, mais garants d’imagerie et de qualités artistiques fortes.

Et aussi : en avril, les streams d’UMLA ont généreusement augmenté

«On m’a déjà proposé de l’argent contre des analyses»

Conscient de ce pouvoir d’influence quantifiable, Le Règlement s’en félicite humblement. «Quand ça permet à des petits artistes de se lancer c’est encore mieux. Je sais par exemple que ma vidéo sur le Lofi a permis à Lycos de vivre de sa musique, et ça fait grave plaisir car il le mérite.» Et de reconnaître : «J’ai envie de le faire plus cette année, notamment avec les concept de “Sons sous-côtés”.» Une initiative originale où le vidéaste s’appuie sur sa notoriété et sa capacité d’analyse pour plonger le spectateur dans l’univers de quatre artistes méconnus.

Et lorsqu’on lui demande s’il réfléchit désormais ses vidéos dans l’optique d’exposer des artistes qui le mériteraient, Le Règlement répond : «Pas pour les analyses. Ça casserait tout mon kiff et l’intérêt de la chaîne de réfléchir comme ça. Je ne parle que de ce que j’aime, sans me soucier de l’impact que ça pourrait avoir.» En revanche, sa chaîne regorge de concepts chargés de promouvoir un rap plus discret. «Avec les Règlement Freestyles je peux mettre en avant des rappeurs que je trouve prometteurs, et j’ai l’intention d’aller plus loin de ce côté là avec mon nouveau projet, Règlement Radio», prévient-il.

Véritable plateforme promotionnelle, le YouTubeur assure recevoir «toutes les semaines depuis au moins 2 ans» des propositions financières pour la mise en avant d’artistes dans ses vidéos. «On m’a déjà proposé des deals type analyse contre freestyle pour de très grosses têtes et aussi souvent de l’argent contre des analyses. J’ai toujours refusé et je ne compte pas changer là-dessus.» Et pour ce qui est de devenir lui même pourvoyeur d’artistes ? «Je n’ai pas l’âme d’un manager, et je pense que les artistes peuvent s’en sortir sans label.»

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *