Suivez-nous

Musique

Pendant le match, Dinos a dévoilé tous les secrets d’Imany

Publié

le

Une semaine après avoir sorti son premier album Imany, Dinos divulge à son public les dessous de la fabrication de certains titres sur les réseaux sociaux.

Après plusieurs années d’absence, Dinos s’est enfin décidé à sortir Imany, son tout premier album. Et ça valait le coup d’attendre puisque ces années de recherches artistiques ont porté leurs fruits. Imany est une réussite. Hier soir, afin d’excuser cette longue attente auprès de son public, Dinos a pensé nécessaire d’apporter des précisions sur certains titres de l’album. C’est sur Twitter que le rappeur a donc publié une série de tweets dévoilant les dessous de son projet.

Dinos et la construction d’Imany

Dinos débute sa succession d’anecdotes par « Flashé ». Le huitième titre de l’album a été écrit à cause « du radar de Porte d’Aubervilliers en direction de La Villette ». Une révélation que le rappeur de l’Entourage Eff Gee n’a pas hésité à commenter parce « qu’on le connait tous celui là, il faut toujours ralentir 100 mètres avant ». Le producteur Richie Beats a également ajouté que le morceau a seulement pris quelques heures pour être écrit.

Publicité

Le neuvième morceau « Helsinki » date de 2015. Dinos précise qu’il ne s’agit pas de ses mots à lui mais de ceux d’une personne sur son répondeur, comme nous l’explique si bien Raphaël Hassine dans son analyse littéraire. Pour « Notifications », tout est une histoire de « seum ». Alors que le rappeur attendait le message d’une fille, son téléphone a vibré mais le prénom qui est apparu n’était pas celui qu’il voulait voir. Et c’est comme ça que le son a vu le jour. En passant, merci à elle pour ne pas lui avoir envoyé de message.

Deux titres n’ont failli jamais être sur Imany. Il s’agit de « Donne moi un peu de temps » et « Hiver 2004 ». Pour le premier, il a tout d’abord été supprimé du projet mais une amie du rappeur lui a suggéré de le remettre. Un très bon conseil de sa part. Pour « Hiver 2004 », le son est apparu à la dernière minute. Il fait d’ailleurs parti des morceaux préférés de Dinos avec « Helsinki », « Magenta » et « Sophistiqué ».

Publicité

Pour le treizième morceau, Dinos voulait parler d’argent sans qu’on puisse le comprendre. En pensant à la couleur du billet de 500, il a écrit « Magenta ». Ce son n’est d’ailleurs pas la version définitive. Comme il « manquait d’émotion », Dinos a préféré gardé la maquette. Il a fait de même pour « Spleen » et « Presque Célèbre ».

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *